flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Lee Chang-dong [tous les titres]
Dis Voir [tous les titres] Cinéma – Monographies [tous les titres]
Lee Chang-dong <!---->
Textes de Antoine Coppola, Véronique Bergen, Jean-Philippe Cazier.
2019 (parution prévue au 3e trimestre)
édition française
21,5 x 27,5 cm (broché)
128 pages (50 ill. coul. et 37 ill. n&b)
35.00 €
ISBN : 978-2-914563-91-8
EAN : 9782914563918
à paraître
 
Le premier ouvrage consacré à l'œuvre du cinéaste coréen, dans la série de monographies sur le cinéma publiée par Dis Voir (à la suite de Peter Greenaway, Raoul Ruiz, Manoel de Oliveira, Atom Egoyan, Wong Kar-wai, Bruno Dumont, Kim Ki-duk...). Conçu par Lee Chang-dong lui-même, qui a sélectionné et mis en page les images, le livre inclut un entretien ainsi que deux essais sur son travail.
L'œuvre de Lee Chang-dong interroge le statut du voir et de l'invisible dans un monde contemporain saturé d'images et d'informations qui oscille entre réalité et fantasme, histoire et fiction. Un cinéma qui explore l'esthétique de la disparition par le hors-champ de l'image sur fond de critique sociale et politique, de la mémoire oubliée de l'homme à son Histoire ou à la Nature. Des images « perceptives » qui invitent à l'empathie pour ressentir « la sensation universelle de la vie » à travers de jeunes adultes qui louvoient avec leur désespoir existentiel dans ce monde dont ils sont captifs, l'espoir en berne malgré leur rage. Un cinéma qui se joue aussi des catégories cinématographique – avec des histoires cachées dans des récits emboités par la recréation de durées différées dans la narration ou glissées dans la bande son.
Entre fiction et témoignage documentaire sur notre époque, Lee Chang-dong invente un régime d'images qui en appelle à la perception et à l'imagination en sollicitant les images mentales (invisibles) du spectateur. Un retour de mémoire pour percevoir ce « quelque chose » qui ferait vibrer les contours du réel d'un monde contemporain en cours d'évaporation et de disparition dans le virtuel.
Antoine Coppola est un cinéaste et un enseignant-chercheur français d'abord à l'Université de Provence Aix-Marseille puis à l'Université Sungkyunkwan, Séoul. Il est chercheur associé à l'UMR 8173 CNRS-EHESS. Il contribue depuis 2010 comme critique de cinéma à la chaîne sud-coréenne KBS World International. Il a été également conseiller à la « Semaine Internationale de la Critique du festival de Cannes » et au Festival international du film de Saint-Sébastien.

Véronique Bergen est docteur en philosophie, auteure d'essais, de romans, de poèmes, d'articles en philosophie, et membre du comité de rédaction de la revue Lignes.

Poète et écrivain français, auteur de nombreux textes de fiction, Jean-Philippe Cazier collabore également aux revues Inventaire/Invention, Chaoïd, Inculte, Concepts, Chimères et Diacritik et a publié des études autour, notamment, de Gilles Deleuze, Félix Guattari, Michel Foucault, Jacques Derrida, Henri Michaux, Oliver Rohe, Léon Chestov et Jacques Doillon. Il a réalisé des traductions d'œuvres de Jorge Sanjines, María Galindo (Mujeres Creando), Blanca Wiethüchter, ou Kathy Acker. Jean-Philippe Cazier est l'auteur, avec Andréas Marchal, de Théorie des MultiRêvesUne enquête cosmo-onirique de H.P. Lovecraft (Dis Voir).
Scénariste, réalisateur et producteur sud-coréen né en 1954, Lee Chang-dong a connu le succès comme écrivain avant de passer derrière la caméra en 1997. Il a aussi occupé le poste de ministre de la Culture en Corée du Sud entre 2003 et 2004. Il est le réalisateur de Green Fish (1997), Peppermint Candy (2000), Oasis (2002), Secret Sunshine (2007), Poetry (2010) et récemment Burning (2018), sélection officielle du Festival de Cannes.