flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Charles Atlas [tous les titres]
JRP|Editions [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Charles Atlas <!---->
Edité par Raphael Gygax et Martin Jaeggi.
Textes de Elisabeth Bronfen, Raphael Gygax, Jennifer Harris, Martin Jaeggi.
paru en mars 2019
édition anglaise
14,5 x 23 cm (relié)
188 pages (114 ill. coul.)
40.00 €
ISBN : 978-3-03764-536-9
EAN : 9783037645369
en stock
 
Monographie illustrée consacrée à l'artiste américain, pionnier de ce que l'on appelle « danse pour la caméra », avec plusieurs essais et les témoignages des nombreuses personnalités avec lesquelles il a collaboré.
Basée sur la première exposition institutionnelle de l'artiste en Suisse, l'ouvrage contient des essais inédits de Elisabeth Bronfen, Raphael Gygax, Jennifer Harris et Martin Jaeggi, autour des stratégies et des thèmes qui structurent l'œuvre de Charles Atlas depuis près de 50 ans. Une section spéciale rassemble les témoignages, souvenirs et anecdotes de proches collaborateurs et d'amis : Marina Abramovic, Anohni, Patrick Bensard, Laurie Berg, Howie Chen & Mika Tajima, Johanna Constantine, Douglas Crimp, Douglas Dunn, Johanna Fateman, Christian Fennesz, Lia Gangitano, Mimi Gross, Judy Hussie-Taylor, Anne Iobst, Barbara London, Silke Otto-Knapp, Heather Pesanti, Paul Pescador, Yvonne Rainer, Lori E. Seid, Lucy Sexton, Elisabeth Sussman, Joshua Thorson, Anne Waldman, Susan Weil, Joe Westmoreland, Rachel Williams, Lauren Wittels, Linda Yablonsky, Lori Zippay et Italo Zucchelli.
Publié suite à l'exposition de Charles Atlas au Migros Museum für Gegenwartskunst, Zurich, en 2018.
Charles Atlas (né en 1949 à Saint-Louis, Missouri, vit et travaille à New York) est une figure majeure des domaines du film et de la vidéo avec ses installations complexes et ses documentations filmées de chorégraphies et de performances fondatrices d'un nouveau langage cinématique. Il est notamment connu pour ses collaborations avec les chorégraphes Merce Cunningham et Michael Clark, ainsi que le designer de mode et artiste performer Leigh Bowery. Son champ artistique se recoupe dans une large mesure avec le champ social : dans les années 1980 et 1990, il a réalisé de nombreux portraits de compagnons de route du milieu underground new-yorkais qui abordent, dans le contexte de la sous-culture et de la culture populaire, des questions de biopolitique, de politique des corps et de politique de l'identité. Le langage visuel de Charles Atlas demeure une référence pour la jeune génération de vidéastes, par exemple son usage mobile de la caméra pour le docu-fiction Hail the New Puritan (1986), dans lequel la caméra devient un personnage actif. Le travail créatif de Charles Atlas consiste en une réexploration permanente des possibilités d'expression des médias temporels. Dès la fin des années 1970, il expérimente des techniques d'incrustation comme le Chroma Key. Ses installations vidéo les plus récentes, souvent techniquement très complexes, se distinguent par leur caractère abstrait et exploitent une iconographie de formes géométriques ou de suites de chiffres. Elles évoquent tant des questions de répartition et de structuration de l'espace visuel que des considérations, très actuelles, de politique de la représentation.