flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Híkuri – Pour un art d’une vitalité sans limite
José Vicente Anaya [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Littérature [tous les titres] – collection Al Dante [tous les titres]
José Vicente Anaya Híkuri Pour un art d’une vitalité sans limite
Edité par Laurent Cauwet.
2019 (parution prévue au 1er trimestre)
édition française
12 x 17,5 cm (broché)
72 pages
10.00 €
ISBN : 978-2-37896-054-4
EAN : 9782378960544
à paraître
 
Traduit pour la première fois en français, ce texte culte de la poésie contemporaine mexicaine est le fruit d'une longue errance au nord-ouest du Mexique, à la découverte des rites du peyotl chez les Tarahumara. Écrit en 1978, ce long poème porte la trace des expérimentations du courant infra-réaliste, dont Anaya écrivit le premier manifeste en 1975, un texte inédit publié en annexe de cette édition.
« Les étranges conquistadors (chavochi) parlent des « tarahumara », ils ne savent pas dire rarámuri, pieds coureurs, peuple issu d'où Rayena-Soleil est dévoré par la mer tous les soirs / Les chants Wikaráriame et Nawajíriame sont pour la joie où parlent esprit et corps / chants et danses dans le Tutuguri et dans le Tónari / illuminations, respect avec le Híkuri / noces, farces, rires avec le Batari / Assemblées de tribus pour la justice sociale et individuelle / RÉUNIONS DE RE-CONNAISSANCE / »

Híkuri, qui, en langue rarámuri, signifie peyotl, propose une expérience perceptuelle, une quête hallucinatoire, la recherche d'un langage véritable – ne pouvant émerger qu'au contact de cette poésie corporelle et vivante, qu'Artaud avait si bien reconnue comme pulsant dans les rites tarahumara du peyotl. Dans Híkuri, le mot se fait vision. La langue maternelle se brouille, se peuple de langues étrangères. En premier lieu les mots de la langue rarámuri, qu'Anaya a peut-être entendu, enfant, dans la bouche de son grand-père, soldat révolutionnaire indigène de l'armée de Villa. Mais pas seulement. Les noms d'Hölderlin, de Rimbaud, de Pound sont convoqués. La voix de l'aimée, de la mère, du père du poète s'entremêlent, jusqu'à se faire indiscernables. Principe de citation où la notion d'auteur se brouille. Collage ou cut-up. Sans autre cohérence de sens que celle de ce voyage intérieur, à la recherche d'un nom indicible, qui ne saurait s'écrire. D'où la forme la force rhizomatique du poème. À l'éditeur qui lui faisait le reproche, à la fin des années 1970, de n'avoir pas écrit son texte, Anaya avait rétorqué que nul n'aurait pu lui faire de plus belle critique.
José Vicente Anaya (né en 1947 à Villa Coronado, Mexique) est poète, traducteur, essayiste et journaliste. Formé à l'Université Nationale Autonome de Mexico, et après avoir pris part au mouvement social et étudiant de 1968, il fut, avec Roberto Bolaño et Mario Santiago Papasquiaro, l'un des fondateurs du mouvement d'avant-garde infra-réaliste.