flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
L’oiseleur
Emmanuelle K. [tous les titres]
Supernova [tous les titres] Livres [tous les titres]
Emmanuelle K. L’oiseleur
paru en mars 2019
édition française
14 x 22,5 cm (broché)
64 pages
15.00 €
ISBN : 978-2-490353-04-0
EAN : 9782490353040
en stock
 
Dédié au révolutionnaire et poète surréaliste Benjamin Péret, L'oiseleur, conte courtois est un récit fantasque semé de poèmes en vers libres qui en éclairent le sens… Écrit par Emmanuelle K., poète, conteuse, vidéaste et musicienne qui appartint dans les années 60 au groupe libertaire de Ménilmontant et fut à ce titre compagne de lutte de l'Internationale Situationniste.
C'est un soir d'automne, à Paris.
Sur ma table il y a un livre, abandonné là par un ami peintre : « Mort aux vaches et au champ d'honneur » de Benjamin Péret.
Ce livre, je l'avais rencontré bien des années auparavant. Un premier écrit de révolte, publié au sein de l'agitation anarcho-situationniste, sous le titre prometteur de « Prolégomènes à un manifeste pour une internationale anarchiste » portait en exergue deux petites phrases sibyllines, tirées de ce même livre.
Les deux petites phrases disaient ceci :
« Monsieur Charbon se lamenta :
Nous avons laissé échapper le coeur. Maintenant, nous ne le reverrons plus et il sera plus difficile que jamais de le prendre ce soir ; il se méfiera. »
Le texte qui suivait cet exergue de Péret était intitulé :
« Lavez le pont, Hissez les voiles ! ».
Il connut une gloire étrange, inattendue : certaines des phrases qu'il contenait furent rééditées, un an plus tard par les murs de Paris.
Ce soir d'automne là, face à ce livre sur ma table, j'eus le désir de revoir les deux petites phrases restées enfouies là-bas, à l'orée de ma vie de paroles, de ma vie d'écriture.
Je les cherchais, un peu émue, curieuse de ce qu'il y avait avant, après, autour et les trouvai dans « Qui perd gagne ».
… Qui perd gagne ?
J'eus tout soudain envie de les écrire, ces petites phrases, avec ma main de maintenant, vivre le geste de les écrire, d'aller y voir.
Ce que j'y ai vu m'a offert « l'Oiseleur ».
Poète, conteuse, réalisatrice de films, musicienne, Emmanuelle K. voyage sans préjugés par les sentiers de la vie, et le mot aventure lui convient. De transgression en transgression, ses plaisirs, ses refus, ses révoltes l'ont emportée vers des horizons de passion et de feu, de combats et d'émerveillements. La prise de risque est constante : « Si la poésie est une expérience vitale, la vie est une aventure poétique », dit-elle.  Elle a publié en 2008 aux Editions de la Différence et le Krill éditeur Quand l'Obéissance est devenue Impossible, un coffret de 4 recueils : Vertige de l'EcartLes Brutes L'Indépendance du SourireLes Chemins du Désir.  En 2017, Le Krill éditeur et mélusine & cie, publient l'ensemble Mélusine, récit en trois mouvements et 13 tableaux, un livre d'artiste de 14 mètres d'envergure réalisé en estampe numérique avec le peintre Pierre Jaouën et un coffret en triptyque contenant le livret du texte intégral, le cd de l'album réalisé avec le musicien Emmanuel Bex et le dvd de 3 films dont un ciné-poème sur l'ensemble de l'aventure, réalisés par Emmanuelle K.. En 2015, contribution critique à une Anthologie de la poésie féminine au XXIème siècle, Editions Le Bateau Ivre. En 2018, elle publie Petites notes amoureuses, un livre d'artiste avec le peintre et graveur Gérard Serée paru en 6 exemplaires. Elle a réalisé une vingtaine de films, expérimentaux, documentaires et fictions. Elle fut proche en son temps de l'Internationale Situationniste.