flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Album – 2005-07
Karina Bisch [tous les titres]
it: éditions [tous les titres]
Karina Bisch Album 2005-07
Conception graphique : Regular.
paru en 2008
édition bilingue (français / anglais)
17 x 23,4 cm (broché)
88 pages (46 ill. coul. et n&b)
18.00 €
ISBN : 978-2-917053-04-1
EAN : 9782917053041
en stock
 
Cette monographie retrace par le texte et l'image les différentes expositions de l'artiste depuis 2005, rendant compte de l'évolution de la diversité des voies et des formes qu'emprunte son travail. Les essais qui retracent ce parcours, de nature et de provenances variées, composent un récit hétérogène ponctué de vues d'exposition.
« Karina Bisch arpente le monde réel comme elle traverserait un livre d'images, et inversement. Iconographe, l'artiste met en œuvre un répertoire constituant sa collection – produit de l'exploration continue de l'environnement urbain, du paysage vernaculaire, de référents historiques –, association et réinvention de formes dans lesquelles l'utopie, l'usage et le corps – notions propres aux avant-gardes – sont omniprésents. Cette archive, active et activée, devient dès lors le décor aux échelles multiples d'un rapport physique aux images, entre reproductions stylisées, matérialité sauvage et nostalgie révolutionnaire. L'art comme un jeu d'enfant – géométrique. »
Yann Chateigné, Beaux-Arts magazine, septembre 2007.
Après des études à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris et à la Rijksakademie van Beeldende Kunsten, à Amsterdam, Karina Bisch (née en 1974 à Paris, où elle vit et travaille) a développé un vocabulaire artistique unique usant de nombreuses références à l'art géométrique, mais aussi à la mode ou à la danse, élaborant une sensibilité particulière à la modernité. L'artiste examine de près l'esthétique des avant-gardes historiques qu'elle déforme et adapte en fonction de ses besoins. Par ses œuvres et performances au ton parfois théâtral, Karina Bisch, toujours irrévérencieuse et pragmatique, rejoue son XXe siècle en détournant l'universalité présumée des canons du modernisme.