flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Invisible Cities
Pierre-Jean Giloux [tous les titres]
Zero2 [tous les titres]
Pierre-Jean Giloux Invisible Cities
Textes de Manuel Tardits, Élie During, Pierre Musso, Vincent Romagny, entretien avec Pierre-Jean Giloux par Ingrid Luquet-Gad.

Publié avec Solang Production, Paris.
paru en août 2018
édition bilingue (français / anglais)
22 x 25 cm (relié)
224 pages (ill. coul.)
28.00 €
ISBN : 978-2-916998-07-7
EAN : 9782916998077
en stock
 
Luxueuse première monographie, prolongeant un cycle de films inspiré par le mouvement d'architecture utopiste des Métabolistes, apparu en 1959 au Japon. Les vidéos rassemblent plusieurs portraits de villes japonaises, superposant des images de réalités urbaines et sociales, filmées et photographiées, à des images virtuelles.
Première monographie de Pierre-Jean Giloux, la publication prolonge la tétralogie vidéo éponyme inspirée par le mouvement architectural utopiste japonais : le Métabolisme (1960-70).
Les films du cycle Invisible Cities sont des portraits de villes japonaises, superposant des images filmées et photographiées de la réalité quotidienne, sociale et urbaine, avec des images virtuelles.
L'ouvrage explore les liens dans l'œuvre de Pierre Jean Giloux qui relient quatre villes japonaises au riche passé architectural (Tokyo, Yokohama, Osaka, Kyoto). Ce voyage au sein de La Mégapole nippone retrace une histoire du Japon et s'achève avec la reconstitution de pavillons de l'Exposition universelle Osaka 70 et une proposition virtuelle de smart city sur les eaux du lac Biwa.
L'utopie métaboliste à laquelle il est constamment fait référence dans l'oeuvre de Pierre Jean Giloux a joué un rôle déterminant dans la constitution de l'identité culturelle japonaise d'après-guerre et a eu une influence notoire sur de nombreux architectes contemporains.
Invisible Cities contient bon nombre d'images, photographies ou archives sur le projet, et rassemble un entretien avec l'artiste Pierre Jean Giloux, des textes réflexifs, critiques et philosophiques des auteurs, chercheurs et architectes Élie During, Ingrid Luquet-Gad, Pierre Musso, Vincent Romany et Manuel Tardits.
Pierre-Jean Giloux (né à Mâcon en 1965, qui vit et travaille en Europe) se situe dans son œuvre à la convergence de plusieurs pratiques : les images fixes et animées, les installations qui sondent l'espace et le volume. Ses films sont le résultat d'associations et d'hybridations de médias, par le biais des techniques numériques, dans lesquels il développe des compositions visuelles et sonores, incluant parfois des séquences animées en 2 et 3D. Les frontières entre images de synthèses et images réelles s'estompent et laissent libre cours au regardeur d'inventer sa propre narration. Le virtuel et le réel cohabitent au sein de ses films dans le but d'établir un dialogue et de questionner leurs propres limites, et plus particulièrement lorsqu'ils sont montrés sous la forme d'installations immersives avec un dispositif multi-écrans, à l'intérieur desquels le spectateur est invité à déambuler. Il projette aussi ses films en version mono-bande, dans le cadre de festivals vidéo et d'arts numériques.