flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Arabécédaire
Hamed Abdalla [tous les titres]
Zamân [tous les titres] Zamân Books (livres) [tous les titres]
Hamed Abdalla Arabécédaire
Edité par Morad Montazami.
Textes de Clare Davies, Kristine Khouri, Ezzedine Naguib.
2018 (parution prévue au 2e trimestre)
édition française
22 x 28,5 cm (broché)
312 pages (250 ill. coul. et n&b)
39.00 €
ISBN : 979-10-93781-04-4
EAN : 9791093781044
à paraître
 
Cette publication examine la place du peintre moderniste égyptien Hamed Abdalla dans l'histoire de l'art moderne transnational. Mobilisant les archives personnelles et la bibliothèque de l'artiste, Arabécédaire revient sur le parcours et les influences d'Abdalla, mettant en lumière un vaste et riche corpus de matériaux qui ont guidé sa pratique picturale.
Hamed Abdalla est une figure emblématique du modernisme en Égypte ainsi que de histoire de l'art mondialisée. Ses expérimentations plastiques et poétiques ne reflètent pas seulement plus de quarante ans de débat politique et philosophique dans le monde arabe et méditerranéen ; elles ont aussi donné naissance à une modernité nomade ou en exil : d'une ville à l'autre où Abdalla a vécu et travaillé (Le Caire, Copenhague, Paris) et des courants esthétiques qu'il a explorés ou mis à l'épreuve (CoBra, lettrisme, arts islamiques…). Loin d'une monographie classique, cet ouvrage organisé comme un ABCDaire, relève plutôt d'une enquête à travers la bibliothèque et les archives personnelles de l'artiste ; une documentation de ses flâneries érudites entre plusieurs univers culturels, par-delà Orient et Occident, où se définit en somme un penseur du visuel trans-arabe et cosmopolite.
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme, Mosaic Rooms, Londres, du 13 avril au 23 juin 2018.
Hamed Abdalla (1917-1985) est un personnage central de la peinture moderniste en Égypte. Autodidacte, il débute sa carrière vers l'âge de 20 ans. Étouffé par le climat politique de son pays natal, Abdalla quitte l'Égypte pour Copenhague dans les années 1960. Il y croise les artistes du mouvement CoBrA, avant de s'installer en France. Associant ses peintures abstraites aux traditions islamiques et à la calligraphie, Abdalla produit des toiles qui combinent écriture et formes abstraites, rappelant l'art talismanique des croyances occultes. Son travail est également porteur de réflexions sur les changements politiques de son époque, ainsi que de questionnements esthétiques.