flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
The 120 Days of Musica
Frédéric Acquaviva [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Littérature [tous les titres] – collection Al Dante [tous les titres]
Frédéric Acquaviva The 120 Days of Musica
Edité par Laurent Cauwet.
paru en juin 2018
édition anglaise
14 x 12 cm (broché)
136 pages
15.00 €
ISBN : 978-2-37896-005-6
EAN : 9782378960056
en stock
 
120 partitions-instructions réelles et oxymoresques composées par Frédéric Acquaviva entre 2015 et 2017 à Berlin.
Traître à la patrie, Frédéric Acquaviva compose avec l'ennemi et depuis plus d'un quart de siècle une œuvre musicale transgenre et borderline ayant pour mot d'ordre « Ne vous répétez jamais ». Les « 120 Days of Musica » ne sont ni des gags Fluxus, ni des œuvres imaginaires lettristes, ni des dérives ambiantes situationnistes, ni des actions actionnistes, ni des musiques contemporaines d'un ancien temps, mais 120 partitions réelles et oxymoresques composées entre 2015 et 2017 à Berlin.
Sodomisation du domaine musical ou attentat terroriste contre un monde de la musique sclérosé et une société décomposée, les « 120 Days of Musica » seraient-elles ce nouveau, magnanime et tant attendu « Art de la Fugue » ?

« This cycle is destined to be performed entirely or by fragments, during 120 days or on a single evening.
Those pieces are true scores that need to be performed, so one can understand the quantity of “music” each piece is embedded with.
Merci de votre incompréhension. »
Egalement disponible en édition de tête, signée, accompagnée d'une œuvre originale et d'un CD.
Frédéric Acquaviva, né en 1967, est depuis 1990 artiste sonore et compositeur de musique expérimentale, d'installations chronopolyphoniques, diffusées sur CD, en galeries, dans des musées et lieux institutionels ou lieux alternatifs, dans le monde entier. Hors des circuits traditionnels des musiciens et compositeurs, il rencontre puis travaille de manière continue avec quelques figures historiques de l'art, de la poésie ou de la vidéo bien avant leur reconnaissance médiatique (Isidore Isou, Maurice Lemaître, Marcel Hanoun, Pierre Guyotat, Jean-Luc Parant...), ainsi qu'avec la chorégraphe Maria Faustino, le cinéaste FJ Ossang ou la mezzo-soprano Loré Lixenberg. Sa musique, dé-concertante et dont il aime choisir le dispositif d'écoute, explore de manière toujours nouvelle les rapports de la voix, du langage, du son et du sens, ainsi que l'idée d'un corps intégré à la composition musicale quoique totalement absent lors des auditions de ses œuvres (par diffusion acousmatique ou installation sonore). Mais, comme le remarque Eric Vautrin dans Mouvement, son travail n'est pas « un travail sonore mais un travail sur le sonore ».
Acquaviva devient en même temps l'un des protagonistes essentiels de la redécouverte des avant-gardes historiques et notamment du Lettrisme (Isidore Isou, dont il dirige l'édition de la première monographie ; Gabriel Pomerand, Maurice Lemaître, Gil J Wolman, Jean-Louis Brau, Jacques Spacagna, François Dufrêne, Roland Sabatier, Alain Satié, Broutin...), de la poésie sonore (Henri Chopin, Bernard Heidsieck) et de quelques figures isolées (Pïerre Albert-Birot, Otto Muehl...), à travers des actions fort diversifiées : orchestrations ou réalisations sonores des symphonies de Isou, Lemaître et Pomerand, livres, conférences, constitution de bases de données et d'archives, commissariat d'expositions (notamment, depuis 2014, dans le cadre de l'artist's space « La Plaque Tournante » qu'il a fondé à Berlin avec Loré Lixenberg), projets radiophoniques, réalisations de vidéos, et édition, comme directeur de collection aux Editions Derrière la Salle de Bains, ou avec ses propres éditions : AcquAvivA, et la revue CRU.