flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
L’économie à l’épreuve de l’art – Art et capitalisme dans les années 1960
Sophie Cras [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Histoire de l'art [tous les titres] – collection Œuvres en sociétés [tous les titres]
Sophie Cras L’économie à l’épreuve de l’art Art et capitalisme dans les années 1960
Publié avec le Centre allemand d'histoire de l'art.
paru en mai 2018
édition française
18 x 25,5 cm (broché)
304 pages (66 ill. coul. et n&b)
26.00 €
ISBN : 978-2-84066-910-4
EAN : 9782840669104
en stock
 
L'histoire du capitalisme des années 1960 revisitée à l'aune des œuvres d'art qui l'ont mis à l'épreuve.
« Vouloir assigner son prix réel, en argent, à une œuvre d'art, c'est l'insulter », pouvait encore écrire Stéphane Mallarmé en 1889. A bien des égards, les années 1960 sonnèrent le glas cette conception qui voyait une opposition radicale entre les sphères artistique et économique. Parler des peintures comme de « billets géants », ou de « valeurs en bourse » devint après-guerre un lieu commun du discours critique, dans les pays où une hausse vertigineuse du marché de l'art accompagnait la croissance des économies capitalistes. Économistes et sociologues commencèrent à appliquer leurs méthodes au domaine artistique, envisageant l'art comme une « marchandise » voire comme un « investissement » et l'artiste comme une « profession ».
En retour, c'est ce que le présent ouvrage cherche à mettre en lumière, l'art s'attela à repenser l'économie de manière créative et critique. L'argent, les signes monétaires et les statistiques financières s'immiscèrent dans des peintures, des sculptures, des performances. Les artistes ne se contentèrent pas de refléter les codes visuels du monde économique : ils transformèrent les conditions d'échange des œuvres, imaginèrent des économiques alternatives, ou parasitèrent les systèmes existants. Ce faisant, ils érigeaient l'art en laboratoire pour repenser l'économie de leur temps, marquée par l'inflation, les bouleversements du système monétaire international et l'abandon de l'étalon-or. Des expériences d'Yves Klein aux projets de l'Internationale Situationniste, des jeux visuels du pop art aux procédures de l'art conceptuel ou du mail art, ce livre propose de revisiter l'histoire du capitalisme des années 1960 à l'aune des œuvres d'art qui l'ont mis à l'épreuve.

« Sous-titré Art et capitalisme dans les années 1960, cet essai innove. Les liens entre l'art et l'argent sont généralement étudiés sous l'angle du marché. Ici, les artistes, leurs théories et leurs créations sont placés au cœur d'un questionnement sur la valeur de l'œuvre, le rôle économique de l'art et, plus largement, le fonctionnement de l'univers capitaliste (...). Cette effervescence aux accents politiques revigore. Au fil de cette étude parfaitement informée, Sophie Cras éclaire à la fois le monde de l'art et les mécanismes économiques ou financiers sur lesquels des artistes avaient l'espoir de peser. En outre, ses analyses affinent et parfois renouvellent la compréhension des œuvres convoquées, y compris sur le plan strictement formel. C'est là un des nombreux mérites de cet ouvrage particulièrement stimulant. »
Denys Riout, Critique d'art
Sophie Cras est maîtresse de conférences en Histoire de l'art contemporain à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Formée en économie et en histoire de l'art, elle s'intéresse à de nouvelles approches à l'intersection de ces deux disciplines.