flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Hwabyeong
Kim Seob Boninsegni [tous les titres]
Clinamen [tous les titres]
 Kim Seob Boninsegni Hwabyeong
paru en mars 2017
édition française
13 x 20 cm (broché)
178 pages
18.00 €
ISBN : 978-2-9700908-3-0
EAN : 9782970090830
en stock
 
Un récit en trois parties relatant le quotidien de personnes entre la fin du siècle dernier et le début du notre : l'artiste alterne effets de réels et de fiction, développant les thèmes à l'œuvre dans son travail plastique. L'ouvrage fait intervenir les voix d'autres contributeurs, dans un processus collaboratif cher à l'auteur.
Hwabyeong est une hypothèse. Sous couvert d'une nouvelle, une timeline se déroule cherchant sa voie entre réel et fiction, entre mémoire refoulée ou fantasmes sublimés.
Hwabyeong est une ligne de feu, une colère froide – à la fois collective et individuelle – serpentant dans les méandres d'un outre-monde en proie au chaos.
Hwabyeong est polymorphe et crie de plusieurs voix, un drone en manque de cible remplace le narrateur.
Hwabyeong n'est ni une analyse ni une vision surplombante de l'actualité ou de la société, plutôt une immersion subjective dans les reliquats d'un monde en constante évolution.
Découpée en trois parties, cette nouvelle fait émerger le quotidien de protagonistes vivant dans les trente dernières années du siècle passé. Témoignant d'une quête amnésique, d'une manifestation sauvage sans réel but et d'une fin post-apocalyptique, cette confrérie de destins éclatés tente de décrire de l'intérieur les entrailles d'un présent de plus en plus opaque, alternant effets de réels et de fiction.
Kim Seob Boninsegni a écrit Hwabyeong à la place de publier une monographie. Suivant un fil narratif, ce sont les thèmes chers à l'artiste qui sont développés et exposés au lecteur. Comme à son habitude, Kim s'est entouré de plusieurs voix. Ainsi, l'ouvrage fait intervenir Yvan Alvarez, Luca Beeler, Nicolas Brulhart, Timothée Calame, Éléonore Chalié, Marie Matusz, Léo Bachiri Wadimoff et un anonyme.

« Une dent pend d'une gencive défoncée par des années de bruxisme. Une dent étrange, dont la blancheur contraste avec les stries laissées par le tabac sur l'émail de ses congénères. Le dentiste qui transpire à grosses gouttes hésite à l'arracher.
De ses deux doigts tremblants il s'essaie à la bouger, voire à la tirer non sans malice. La dent résiste et en tirant plus fort, il actionne la fermeture de la mâchoire qui lui sectionne son pouce et son index à la hauteur des première et seconde phalanges.
Au moment d'encaisser la consultation, ses deux doigts emmitouflés dans un pansement réalisé en urgence, le dentiste esquisse un sourire maladroit et grincant :
“Celle-ci est pour moi. Ce sera une consultation que le système n'aura pas.” »
Kim Seob Boninsegni (né en 1974 à Séoul, vit et travaille à Genève) a recours à une large palette de médium : vidéo, dessin, écriture, performance, installation. Son travail tend à définir un champ de pensée, structuré principalement par la narration. Réfléchies d'une manière non-linéaire, ces narrations sont cristallisées à travers des formes, images, installations et tactiques qui apparaissent comme des traces ou des indices d'un tout dissimulé. Qu'il soit social, culturel ou politique, le noyau de son travail est souvent agrémenté d'activités ponctuelles (curateur, critique, engagement communautaire, éducation, etc.) dont il extrait un langage ou des problématiques spécifiques pour mieux les inclure dans son processus de production. Le paysage généré par ces pratiques s'étale sur plusieurs plans échappant à la hiérarchisation, et désigne parfois la manifestation d'une sorte d'absurdité ou encore d'ironie.