flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Thoughtful Disobedience
Sonia Boyce [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Art contemporain [tous les titres] – collection Monographies [tous les titres]
Sonia Boyce Thoughtful Disobedience
Edité par Sophie Orlando.
Textes de Adelaide Bannerman, Cecile Bargues, Sonia Boyce, Jean Fisher, Sophie Orlando, Allison Thompson.

Conception graphique : Shannon+Vandaele / designdept.

Publié avec la Villa Arson.
paru en octobre 2017
édition anglaise
13 x 23 cm (broché, couv. à rabats)
136 pages (ill. coul. et n&b)
22.00 €
ISBN : 978-2-84066-941-8
EAN : 9782840669418
en stock
 
Centrée sur une sélection de performances filmées collaboratives réalisées par une figure du British Black Art, cette monographie illustrée se compose d'une série d'essais replaçant la pratique pluridisciplinaire de Sonia Boyce dans le contexte de l'histoire de l'art tout en analysant ses intérêts pour le féminisme noir anglo-saxon, les cultural studies, le cinéma, l'histoire de l'art et la théorie critique.
Publié suite à l'exposition « Paper Tiger Whisky Soap Theatre (Dada Nice) », Villa Arson, Nice, du 31 janvier au 30 avril 2016.
Sonia Boyce (née en 1962 à Londres, où elle vit et travaille) s'est fait connaître au début des années 1980 en tant que figure clé de la scène artistique British Black Art, devenant une des artistes les plus jeunes de sa génération à entrer dans les collections de la Tate Gallery. Sa production artistique était alors associée à un retour de la peinture figurative sous les traits de l'identité raciale et genrée dans le contexte britannique thatchérien (Lay Back Keep Quiet and Think of What Made Britain So Great, 1986).
Or ses œuvres photographiques, Tongues (1997) ; ses papiers peints, Clapping Hands (1994), Lovers' Rock (1998) ; ses installations, Afro Blanket (1994) et ses vidéos, The Audition (1998-), montrent dès les années 1990 un intérêt accru pour la chanson, la musique et le son, à travers une dimension archivistique, performative et le développement d'une pratique collaborative. Cette articulation s'exerce désormais au sein d'installations et de vidéos, manifestes d'improvisations, lesquelles évoquent les relations de pouvoirs interpersonnels ainsi que les négociations entre l'histoire officielle et la mémoire collective (Dance of Belem, 2011; Move, 2013). Performeurs, chanteurs, vocalistes, danseurs et badauds redéfinissant les enjeux actuels des pratiques collaboratives sous le cadrage des caméras.
Nombres de ses travaux sont présents dans les collections nationales britanniques (Tate Modern, Arts Council Collection, British Council, Victoria and Albert Museum, Government Art Collection, Whitworth Art Gallery). Inclus dans ses expositions personnelles : « Devotional », National Portrait Gallery, Londres (2007) ; « Crop Over », Harewood House, Leeds et Museum & Historical Society de la Barbade (2007/2008), « For you, only you (Paul Bonaventura) », Ruskin School of Drawing & Fine Art, Oxford University et tournée (2007/2008), « Like Love », Spike Island, Bristol et tournée (Green Box Press, Berlin 2010) ; « Scat : Sound and Collaboration », Rivington Place, Institute of International Visual Art (2013).
Elle participe régulièrement à des biennales internationales comme « Praxis : Art in Times of Uncertainty, 2e Biennale de Thessalonique, Grèce (2009) ; « The Impossible Community », Moscow Museum of Modern Art (2011) ; « Play! Recapturing the Radical Imagination », 7e Biennale internationale d'art contemporain de Göteborg (2013) ; « All the World's Futures », 56e Biennale de Venise (2015).
Professeur d'art depuis 1986, l'artiste a souligné le rôle prépondérant de l'école d'art comme lieu de recherche générateur de sa pratique. Sonia Boyce est également chercheure et directrice du projet « Black Artists and Modernism » financé par le Arts & Humanities Research Council (UAL/université de Middlesex, Londres).