flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Slow Melody Time Old
Joan Ayrton [tous les titres]
Florence Loewy [tous les titres]
Joan Ayrton Slow Melody Time Old
Conception graphique : Alex Chavot.

Publié avec Théophile's Papers, Belgique.
parution prévue en 2017
sans texte
15,5 x 22,2 cm (feuillets sous blister)
12.00 €
à paraître
 
Une ballade photographique hors du temps, à travers quelques clichés pris au musée archéologique d'Athènes.
« Slow Melody Time Old, petite édition également produite pour l'exposition (et qui lui donne son titre) procède d'une même musique silencieuse faisant sonner les espaces entre – entre les états, les strates, les gammes, les êtres. Je réalise qu'elle s'imprime aussi en noir et blanc […] De gris neutres se teintant selon le voisinage, certainement. Ou se voilant, comme Flow, d'une pellicule de vert-de-gris – une corrosion de l'image qui n'en est pas réellement une, évidemment. Slow Melody Time Old ressortit de la rêverie mélancolique – une ballade hors du temps, à travers quelques clichés pris au musée archéologique d'Athènes. Le regard, bien sûr. Qui traîne, vague et précis à la fois. Comme l'attention, en réalité. On le saisit, ailleurs, déjà, s'accrochant aux abords arborés d'un exotisme suranné, puis, s'attardant sur une marche, une jonction entre différentes qualités de sols, la terre, la pierre, des mouvements dont la fluidité minérale – bien que figée – renvoie à Flow. Il s'attarde sur des détails architecturaux, et sur les socles en marbre qui, ainsi photographiés, redeviennent, potentiellement, des papiers trouvés au cours d'un autre voyage de l'artiste, de petites peintures à la laque glycérophtalique sur métal, d'autres marbrures d'autres lieux, d'autres époques. Ces socles apparaissent comme autant de stèles, quoique les images n'en gardent que le recueillement, et la fragilité des corps, partout présente, étonnamment, dans cette édition comme dans le film projeté. »
Marie Cantos
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme à la librairie-galerie Florence Loewy du 2 septembre au 7 octobre 2017.
Joan Ayrton (née en 1969 en Suisse, vit et travaille à Paris) est une artiste de nationalité anglaise. Sa recherche porte sur le paysage de façon distancée, souvent transposée, il s'agit d'en traduire la structure, l'architecture, les mouvements. Depuis quelques années, son approche se concentre plus spécifiquement sur son caractère minéral ou géologique. La peinture, la photographie et le scanner se relaient sans hiérarchie dans une recherche sur l'image à travers son support, son format, son caractère unique ou multiple, sa disposition dans l'espace. En 2012, une bourse de recherche (CNAP) lui permet de développer ces questions minérales en Islande.
Un catalogue monographique de son travail (The Sun Had not yet Risen) est paru en 2012 aux éditions Liénart à Paris, en partenariat avec l'association Voyons-Voir, art contemporain et territoire, à Marseille.
De 1993 à 2004, Joan Ayrton collabore avec des metteurs en scènes et des chorégraphes au Théâtre du Quartz à Brest, de Vidy à Lausanne, du Théâtre de la Ville et de la Colline à Paris. Un travail dramaturgique en dessin et en peinture, recherche et propositions sur le « paysage scénique ». Un matériau de réflexion pour la mise en scène et la scénographie, création des affiches et de divers supports visuels. Elle collabore durant ces années également au cinéma avec des metteurs en scène tels que Patrice Chéreau, Claude Chabrol, Bernardo Bertolucci. En 1998, sur l'invitation du commissaire Pierre Starobinski, participe à l'exposition consacrée à l'œuvre iconographique de Nicolas Bouvier, « Le Vent des Routes », au Musée d'Ethnographie de Genève, Suisse. Entre 2013 et 2014 on lui consacre une exposition monographique à la galerie Davel 14 (Suisse), l'exposition « Lémancolia » au Musée Jenisch, Vevey (Suisse), par le commissaire Dominique Radrizzani. Elle participe à une exposition collective à la Villa Bernasconi, Genève (Suisse), à une résidence avec l'association Voyons-Voir, art contemporain et territoire à Marseille et dans ce contexte, à une exposition collective au FRAC PACA.