flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Entre élection et sélection – Le critique face à ses choix
Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents [tous les titres] Hors série [tous les titres]
  Entre élection et sélection Le critique face à ses choix
Edité par Claire Leroux & Jean-Marc Poinsot.
Textes de Alexia Fabre, Jean-Marc Poinsot, Jacinto Lageira, Richard Leeman, Claire Leroux, Marie Castaing, Stefanie Schwabe, Julie Sissia, Adrian Glew, Yves Chevrefils-Desbiolles, Paula Barreiro-Lopez, Frédéric Herbin.

Publié avec le MAC VAL.
paru en juin 2017
édition française
14 x 21 cm (broché)
256 pages (ill. n&b)
18.00 €
ISBN : 978-2-84066-959-3
EAN : 9782840669593
en stock
 
Une approche historique et un état des pratiques actuelles de la critique d'art, à travers les contributions d'une douzaine de spécialistes réalisées dans le cadre de journées d'étude organisées au MAC VAL.
Les textes rassemblés dans cet ouvrage ont été écrits dans le cadre de journées d'étude organisées au MAC VAL. Leur projet est issu d'une rencontre entre Claire Leroux, critique d'art, responsable scientifique des archives Raoul-Jean Moulin, et Céline Latil, responsable de la documentation du musée d'une part qui s'interrogeaient sur la mise en valeur des archives de Raoul-Jean Moulin et l'équipe des Archives de la critique d'art d'autre part. Une concertation ultérieure élargie à l'équipe du musée a débouché sur l'idée d'organiser deux journées d'études permettant de juxtaposer une approche historique et un état des pratiques actuelles. L'étape de la publication a pris son autonomie et a trouvé la forme proposée dans les pages qui suivent. Elle se décompose en une série d'approches historiques s'appuyant fortement sur des sources archivistiques, dont un aperçu est donné avec la présentation des archives de Raoul-Jean Moulin, et, en parallèle, une réflexion plus générale due à Jacinto Lageira, et Richard Leeman. Cette orientation, plus historienne que nombre des travaux marquants récents sur la critique, s'appuie sur la conviction explicitée plus loin que certains lieux communs tendent à occulter la réalité même des pratiques et l'impact de celles-ci dans le champ de l'art contemporain, mais aussi plus largement dans l'espace public.