flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Retour en avant
Philippe Cazal [tous les titres]
Incertain Sens [tous les titres] Livres et éditions d'artistes [tous les titres]
Philippe Cazal Retour en avant
paru en mars 2017
édition française
14,8 x 21 cm (plié sous enveloppe) / 29,7 x 21 cm (déplié)
16 pages
5.00 €
ISBN : 978-2-914291-81-1
EAN : 9782914291811
en stock
 
Huit slogans de mai 68, imprimés recto-verso sur quatre feuilles pliées en deux, enchâssées (livre d'artiste).
Cette publication est basée sur les pièces éponymes de 1998 et 2004 (20 plaques d'aluminium / 20 peintures murales).

« Un choix de 20 slogans inscrits sur les murs de Paris pendant les pendant les événements de mai 1968, en France.
Textes et couleurs se juxtaposent dans une composition formaliste. La découpe des textes ne donne pas une lecture immédiate. L'attention est d'abord captée par la forme comme image de la couleur et comme image du texte (le texte en image). Ce qui fait image, c'est le langage de la forme. le contenu reste à déchiffrer, entre voir et lire. »

Ici, la sélection est réduite à huit slogans :
UN FLIC DORT EN CHACUN DE NOUS IL FAUT LE TUER
NI DIEU NI MAÎTRE
LE POUVOIR AUX TRAVAILLEURS
CACHE-TOI OBJET
SOYONS CRUELS
JE NE SUIS AU SERVICE DE PERSONNE
JOUISSEZ ICI ET MAINTENANT 
LA PAROLE EST À NOUS

Les huit slogans sont imprimés recto verso sur quatre feuillets A4 enchâssés. Les lettres composant chacun de ces slogans sont distribuées à l'intérieur de carrés noirs de même format, placés à gauche, au centre ou à droite du feuillet, sans considération pour le rythme de lecture des mots qu'elles forment.
Membre d'UNTEL de 1975 à 1980, éditeur de la revue PUBLIC, Philippe Cazal (né en 1948 à La Redorte) était « peintre et sculpteur lorsque (il) a pris la décision d'être artiste ». Il construit depuis son travail entre texte, image ou signe. Sa pratique de détournement des codes de l'univers de la publicité et du marketing produit un discours critique sur la ville, la politique, l'économie et la société mais aussi sur la place qu'y occupe aujourd'hui l'artiste.