flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Boum Julie – Edition de tête
Alain Declercq [tous les titres]
Jannink [tous les titres] L'art en écrit [tous les titres]
Alain Declercq Boum Julie Edition de tête
paru en juin 2012
12,5 x 21 cm (broché, sous jaquette)
48 pages + œuvre insérée
200.00 €
en stock
 
Alain Declercq, qui transpose habituellement le roman noir dans le champ des arts plastiques, change de mode opératoire et publie son premier polar (l'édition de tête de l'ouvrage est accompagnée d'une œuvre originale signée).
Les réalisations d'Alain Declercq viennent du quotidien, d'une sorte de paranoïa qui le pousse à s'intéresser au pouvoir, aux forces de l'ordre et aux lois. Son texte, publié aux Éditions Jannink, est le premier polar de la collection « L'art en écrit ». Dans l'esprit de Niki de Saint-Phalle, Chris Burden, ou encore de Jacques Monory, il nous propose un travail revendicatif, agissant sur les faits et objets de la réalité, transposant le roman noir dans le champ des arts plastiques. L'auteur, plus habitué à s'exprimer dans les arts visuels, change de mode opératoire tout en conservant cette violence du quotidien qu'il montre avec assiduité. Avec Boum Julie, il nous embarque dans un récit de contre-espionnage, où conspirations, violences, meurtres et armes font la loi. Et lorsque l'on sait qu'en 2005 la brigade anti-terroriste a assailli son atelier, le pensant membre du réseau Al Qaïda, on peut se demander où s'arrête la fiction et où commence la réalité.
Edition limitée à 285 exemplaires signés par l'artiste et numérotés.

Egalement disponible en édition courante.
Alain Declercq (né en 1969 à Moulins, vit et travaille à Paris et à New York) a su imposer son travail sur la scène artistique en affirmant une pratique où la manipulation du visible devient l'objet d'intrigue perceptive. Installations, photographies, dessins, films sont autant de moyens pour explorer les langages du pouvoir et des oppressions qu'ils engendrent. Avec humour, souvent ironie, Alain Declercq se joue des schizophrénies sécuritaires, comme des dispositifs de surveillance. Pour inquiéter la réalité, dévoiler les dispositifs, toutes les stratégies sont offertes : filature, infiltration, enquête. Autant de techniques relevant du roman d'espionnage qu'Alain Declercq a su réinvestir dans ses pièces comme dans les dispositifs d'exposition eux-mêmes.