flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Le Dieu des voleurs – Edition de tête
Markus Lüpertz [tous les titres]
Jannink [tous les titres] L'art en écrit [tous les titres]
Markus Lüpertz Le Dieu des voleurs Edition de tête
Traduit de l'allemand par G.H. Holländer et Marie-Caroline Aubert.
paru en 2006
édition bilingue (français / allemand)
12,5 x 21 cm (broché, sous jaquette)
48 pages (ill. bichromie) + œuvre insérée
300.00 €
en stock
 
Un extrait du carnet de travail de l'artiste allemand, mélange de dessins, croquis, poésie et réflexions sur la création, accompagné d'une œuvre originale signée (une estampe utilisant deux techniques – gravure sur bois et eau-forte).
Cette publication reprend les 10 premiers jours du carnet de travail tenu par Markus Lüpertz pour la réalisation d'une scultpure monumentale en 2007. Mélange de dessins, croquis, poésie et réflexions sur la création, le « cahier d'écolier » de Lüpertz s'ouvre sur son quotidien et nous fait partager ses joies, ses doutes, ses craintes. Et, par dessus tout, son désir de voir aboutir cette œuvre pour dépasser et transformer la réalité. Son travail, conçu comme champ de métamorphoses et d'éternelles transformations, est soumis à de constantes modifications.

« Je ne veux pas de fascisme d'application. Je veux un monument de l'évidence, une sculpture dont la dimension se fonde sur la manie de ne pas admettre une fin, comme si la hauteur était seulement une erreur capricieuse. »
Edition limitée à 285 exemplaires signés par l'artiste et numérotés.

Egalement disponible en édition courante.
Puissante figure de la scène artistique allemande contemporaine, Markus Lüpertz est né à Liberece (République Tchèque) en 1941. Ayant grandi dans une Allemagne soumise à une influence essentiellement américaine et où avaient disparu de l'art les valeurs purement germaniques, Lüpertz renoue avec la peinture, la figuration et le lyrisme, puisant aux sources de l'expressionnisme national. La controverse a toujours accompagné ses œuvres, à partir du début des années 1970, surtout avec la série Noir-Rouge-Or. Après avoir créé sa propre galerie, Großgörschen 35 en 1964, il sera représenté à partir de 1968 par la galerie Michael Werner à Cologne. Ses œuvres se trouvent dans les plus grands musées d'art contemporain actuels.