flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Voleur de paroles – Edition de tête
Julio Le Parc [tous les titres]
Jannink [tous les titres] L'art en écrit [tous les titres]
Julio Le Parc Voleur de paroles Edition de tête
paru en avril 2013
12,5 x 21 cm (broché, sous jaquette)
48 pages (ill. coul.) + œuvre insérée
400.00 €
en stock
 
Julio Le Parc égratigne le milieu artistique : un texte humoristique, provocateur et critique du sculpteur et peintre argentin, figure majeure de l'art cinétique et de l'op art, accompagné d'une œuvre originale signée..
En février 2013 le Palais de Tokyo présente la plus importante rétrospective française jamais consacrée à Julio Le Parc. À cette occasion les éditions Jannink publient Voleur de paroles dans la collection « L'art en écrit ». L'auteur s'y glisse dans la peau de commentateurs imaginaires : le critique, l'artiste raté, le marchand d'art, le collectionneur... égratignant ainsi les divers acteurs du milieu artistique. Dans ce texte humoristique, provocateur et critique, Le Parc revient sur un texte initialement rédigé en 2000 pour les Musées de Cholet. Il y commente le manifeste « Assez de mystifications », qui fut écrit et distribué à l'entrée de la Biennale de Paris de 1963 par le GRAV (Groupe de recherche d'art visuel), dont il est l'un des membres fondateurs.
Edition limitée à 285 exemplaires signés par l'artiste et numérotés.

Egalement disponible en édition courante.
Julio Le Parc (né en 1928 à Mendoza, Argentine, vit et travaille à Cachan) est l'un des plus importants artistes géométriques et cinétiques des années 1960. Membre fondateur du GRAV (Groupe de recherche d'art visuel) créé en 1960 à Paris, il travaille depuis plus de cinquante ans sur le mouvement, la lumière, l'optique, ou encore les rapports existant entre une œuvre et son spectateur. En 1966, il obtient le Grand Prix international de peinture de la Biennale de Venise. Il ose refuser, en 1972, une rétrospective au Musée d'art moderne de la ville de Paris. La même année, la Kunsthalle de Düsseldorf lui consacre une grande exposition personnelle. Il a depuis exposé entre autres à la Maison des Amérique de Cuba, à la Fondation Mirò à Barcelone, à l'Institut national d'art de Rome, au Musée de l'Hermitage à Saint-Petersbourg, au Daros Latinamerica de Rio de Janeiro, au Whitney Museum de New York, au Smithsonian Hirshhorn Museum de Washington, au MOCA de Los Angeles ou encore au Centre Pompidou-Metz et en 2013 au Palais de Tokyo.