flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Espace art actuel n° 112 – Contre-monuments
Espace art actuel [tous les numéros]
  Espace art actuel Contre-monuments
paru en janvier 2016
édition bilingue (français / anglais)
21,9 x 27,8 cm (broché)
128 pages (ill.)
10.00 €
en stock
 
Ce numéro aborde la question du (contre-)monument à travers un ensemble d'articles sur l'identité nationale, l''immersion au service de la mémoire, les protocoles optiques, l'installation Soft Power d'Alexandra Pirici, la galerie Kai Dikhas, Thomas Hirschhorn, le mémorial aux victimes du communisme…
Ce numéro de la revue Espace art actuel a pour thème «, Monuments/contre-monuments ». L'idée du monument n'est pas récente. Elle émerge avec la conscience de l'histoire. Selon l'étymologie latine, monumentum signifie «, ce qui rappelle le souvenir », le monument a donc valeur de commémoration. Par sa présence, le monument sollicite notre attention quant à ce qui a été et, de ce fait, devrait nous sensibiliser à l'avenir. S'y faufile subtilement un devoir de mémoire. Mais cette vision commémorative a-t-elle encore son importance ? Ce devoir passe-t-il nécessairement par la construction d'un monument qui se veut permanent ? C'est qu'un monument – surtout lorsqu'il évoque un évènement éloigné – s'expose sans ne plus rien imposer. Il est là pour la célébration officielle, celle où la mémoire est convoquée sans l'effort demandé pour qui veut réellement se souvenir. À plus forte raison, si les monuments donnent l'illusion d'une mémoire commune.
Fondé en 1987 à Montréal, Espace art actuel est un périodique bilingue qui se consacre à la promotion des pratiques artistiques en lien avec le domaine de la sculpture, de l'installation ou de toute forme d'art associée à la notion de la spatialité. À raison de trois parutions par an (janvier, mai, septembre), la revue publiée par le Centre de diffusion 3D à Montréal offre visibilité et dynamisme aux scènes artistiques canadiennes et québécoises. Espace art actuel est dirigé depuis 2013 par André-Louis Paré.