flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Inside Out – Le cinéma de Stephen Dwoskin
Stephen Dwoskin [tous les titres]
Independencia [tous les titres]
Stephen Dwoskin Inside Out Le cinéma de Stephen  Dwoskin
Edité par Antoine Barraud.
Textes de Maureen Loiret, Pip Chodorov, Gloria Morano, Philippe Azoury, Pierre Léon, Nicole Brenez, Judith Revault d'Allonnes, William Fowler, Andrea Monti, Anthea Kennedy, Ian Wiblin, Louis Skorecki, Štrajk, Cyril Neyrat, Jean-Pierre Rehm, Philippe Grandrieux, Rachel Bénitah, Raymond Bellour, Tatia Shaburishvili, Sabrina Paul, Pascale Cassagnau.
paru en mars 2013
édition française
19 x 23,5 cm (broché)
286 pages (ill. coul. et n&b)
27.00 €
ISBN : 979-10-90683-06-8
EAN : 9791090683068
en stock
(derniers exemplaires
disponibles !)
 
Ce livre réunit auteurs, cinéastes, programmateurs, critiques, théoriciens, historiens de l'art et du cinéma, collaborateurs et amoureux de l'œuvre de Stephen Dwoskin, invités à décrypter l'œuvre capitale du cinéaste américain.
Atteint par la poliomyélite à l'âge de neuf ans, Stephen Dwoskin n'a jamais laissé le handicap prendre le contrôle de sa vie. Au contraire, c'est lui qui, très vite, en a pris les rênes et en a fait le centre, le moteur, l'obsession, l'enjeu, l'horreur d'une œuvre immense et bouleversante qui couvre presque cinquante ans de cinéma. Inlassablement et jusqu'à sa mort en juin 2012, il a refusé l'immobilité, la pitié et les regards contrits pour mettre en avant sa résistance de cinéaste et d'homme libre. Chacun de ses films, courts ou longs, fauchés, radicaux, cérémoniaux, questionne le concept de douleur, explore le burlesque et le pathétique de ce corps si lourd et si faible à la fois, visite l'esthétique glaçante et graphique de la maladie et des hôpitaux qui ont rythmés sa vie et enfin, et surtout, expose aux yeux du monde son amour absolu des femmes, de leurs nudités, de leurs danses et de leurs regards sur lui.
Né en 1939 à Brooklyn, New York City, Steve Dwoskin a neuf ans lorsqu'il est atteint de poliomyélite. Après des études d'art et de design en parallèle desquelles il fréquente le quartier de Greenwich Village et ses habitués Andy Warhol, Allen Ginsberg et Robert Frank, il décide de se consacrer au cinéma. Son premier film, Asleep, est récompensé d'un prix à la Biennale de Venise. Figure importante du cinéma indépendant en Grande Bretagne où il émigre en 1964, Dwoskin réalisera par la suite des documentaires consacrés à des artistes comme Bill Brandt ou la compagnie Ballet Nègre, avant d'évoluer vers un travail sensiblement plus introspectif, alors même que sa maladie progresse. Il décède en juin 2012.