flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Location Photographs
Mark Lewis [tous les titres]
Casino Luxembourg [tous les titres]
Mark Lewis Location Photographs
Textes de Yilmaz Dziewior, Marie-Claude Beaud, Enrico Lunghi.
paru en 2005
édition bilingue (français / anglais)
26 x 24 cm (relié)
92 pages (ill. coul.)
25.00 € 12.50 €
(offre spéciale)
ISBN : 978-2-919893-53-9
EAN : 9782919893539
en stock
 
Les photos de repérage des films de Mark Lewis.
Regroupant les photos de repérage de Early March, Algonquin Park, September, Windfarm, Airport I, Jay's Garden, Lawson Estate et Tenement Yard, Heygate Estate, ainsi qu'un ensemble de photographies de repérage pour des films qui n'ont pas encore été ou ne seront jamais réalisés, Location photographs explore ce long processus de travail (repérage, tournage et montage) consistant en de nombreux repérages et de longues études d'un lieu et d'un contexte, que l'artiste met ensuite en scène en les transformant selon sa vision.
Publié suite à l'exposition « Mark Lewis / Landscapes » au Casino Luxembourg en 2005.
Né en 1958 à Hamilton au Canada, Mark Lewis vit et travaille à Londres. Captant des scènes du quotidien ou des situations emblématiques de notre époque, ses films courts font souvent référence sans citation directe, à l'histoire de la peinture, de la photographie et du cinéma.
Mark Lewis s'installe à Vancouver de 1989 à 1997 et participe à l'éclosion de la scène photo-conceptuelle de l'Ecole de Vancouver. À partir du milieu des années 1990, il commence à réaliser des films courts, de quelques minutes seulement, en 35 mm d'abord puis en vidéo, destinés à l'espace du musée où ils sont projetés le plus souvent en grand format. Mark Lewis travaille le dispositif cinématographique lui-même, utilisant le potentiel des mouvements de caméra afin d'offrir une lecture inédite du monde contemporain. Rush Hour, Morning and Evening, Cheapside (2005) et Isosceles (2007) témoignent déjà de la virtuosité avec laquelle il aborde des situations en apparence anodines. Les films récents, Man (2012), Smoker at Spitalfields (2012) et City Road 24 March 2012 (2012) soulignent la pictorialité de visions urbaines quotidiennes souvent en référence à l'histoire de la peinture. Son film Black Mirror at the National Gallery (2011) explore l'interaction entre l'espace muséal, le miroir et le dispositif cinématographique.
Parmi ses œuvres les plus récentes, il a réalisé en 2014 trois films en Corée du Sud sur la zone démilitarisée à la frontière avec la Corée du Nord et, à l'occasion de la 31e Biennale de Sao Paolo, sept films à São Paolo. Son projet Invention imagine une ville contemporaine sans images en mouvement (ni téléphone portable, ni télévision, ni internet….) qui devient ellemême cinématographique, avec son intense concentration de corps en mouvement, de jeux d'ombres et de reflets. Ce vaste projet inclut les œuvres réalisées à l'occasion de la Biennale de Sao Paulo, mais aussi les quatre films créés pour Le Louvre en 2014.
En 2009, Mark Lewis représentait le Canada à la 53e Biennale de Venise. Les musées suivants lui ont consacré une exposition personnelle : Van Abbemuseum (Eindhoven, 2013), Vancouver Art Gallery (Canada, 2008), Ps1 (New York, 2006), Forte Di Bard (Italie, 2011), Man – Museo D'Arte Provincia di Nuoro (Italie, 2009), Art Gallery of Ontario (Toronto, 2010), Akademie der Bildenden Künste (Vienne, 2008), FACT (Liverpool, 2006), BFI Southbank (Londres, 2006) et musée du Louvre (Paris, 2014).
Mark Lewis est professeur d'art au Central Saint Martins, University of the Arts London, cofondateur avec Charles Esche de Afterall, une structure londonienne dédiée à l'édition et la recherche, et éditeur de Afterall Books, One Work Series.