flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Politiques des musiques populaires au XXIe siècle
Mélanie Seteun [tous les titres] Musique et société (livres) [tous les titres]
  Politiques des musiques populaires au XXIe siècle
Edité par Elsa Grassy et Jedediah Sklower.
Textes de Martin Cloonan, Elsa Grassy, Yauheni Kryzhanouski, Noriko Manabe, Renata Pasternak-Mazur, Naomi Podber, Jen Semken, Jedediah Sklower, Andrew Snyder, Emanuele Toscano & Daniele di Nunzio.
paru en février 2016
édition française
14 x 22 cm (broché)
240 pages (ill. n&b)
15.00 €
ISBN : 978-2-913169-39-5
EAN : 9782913169395
en stock
 
Les rapports entre musique populaire et action politique au XXIe siècle, à travers huit études de cas internationales.
Après les utopies fanées de la contre-culture et après les slogans brûlés des années punk, de quoi sont capables politiquement les musiques populaires au XXIe siècle ? À rebours d'une pensée pessimiste ou nostalgique, cet ouvrage collectif entend démontrer la pertinence militante de ces musiques aujourd'hui, sans pour autant embrasser naïvement une tradition qui ne les considérerait que sous le jour glorieux de leur affiliation à de grands mouvements politiques.
Les scènes musicales du XXIe siècle déploient des pratiques organisationnelles et des répertoires tactiques originaux, capables de donner un souffle particulier à l'action politique. Les innombrables collaborations et médiations qui président à leur production et à leur réception, la malléabilité de leurs formes – et même l'opprobre dont elles peuvent encore être frappées – sont le terreau d'une praxis à la fois culturelle, sociale et affective.
Les huit études de cas internationales rassemblées ici traitent, à partir d'horizons scientifiques divers, de différentes formes de mobilisation politique autour ou à l'aide des musiques populaires, en Europe, aux États-Unis, au Japon et en Iran : luttes syndicales de musiciens, organisation et politisation de scènes musicales locales dans un environnement globalisé, mobilisations sur le long terme et à l'occasion de mouvements sociaux. Penser les politiques des musiques populaires, c'est reconnaître d'abord la puissance des activités souterraines d'association et de partage qu'elles nourrissent, pour mettre au jour les chemins d'émancipation qui mènent de l'activité populaire ordinaire à l'engagement politique militant.
Elsa Grassy est maître de conférences en civilisation américaine à l'Université de Strasbourg, agrégée d'anglais et ancienne élève de l'École normale supérieure de Cachan. Ses recherches portent sur la symbolique du lieu et des identités géographiques dans les musiques américaines de 1920 à nos jours, à laquelle elle a consacré une thèse de doctorat en 2010, soutenue à l'Université de Paris-Sorbonne, où elle a enseigné. Elle travaille aujourd'hui sur la country en Alsace. Elle est membre du bureau de l'IASPM-Bfe et du comité de rédaction de la revue en ligne Transatlantica.

Jedediah Sklower est doctorant en sciences de l'information et de la communication (université Sorbonne Nouvelle – CIM) et en histoire culturelle (université Panthéon-Sorbonne – CSH-xxe siècle). Sa thèse porte sur l'histoire des musiques populaires dans les années 1960 en France. Il est ATER à l'université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, et a notamment enseigné à l'Institut Catholique de Lille et Sciences Po Paris. Il a publié Free jazz, la catastrophe féconde (L'Harmattan, 2006), dirigé le numéro « Écoutes » de Volume ! et codirigé Counterculture and Popular Music (Ashgate, 2014) avec Sheila Whiteley. Il est membre du comité de rédaction de la revue Volume ! depuis 2008.