flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Où poser la tête ?
Frac Réunion [tous les titres]
  Où  poser la tête ?
Texte de Julie Crenn.
paru en décembre 2015
édition française
16,5 x 24 cm (relié)
62 pages (ill. coul.)
18.00 €
ISBN : 979-10-95634-00-3
EAN : 9791095634003
en stock
 
Catalogue d'une exposition réalisée à partir de la collection du Frac Réunion et de douze artistes invités, Où poser la tête ? propose une sélection de portraits et autoportraits qui ouvrent le champ de la représentation de soi et de l'autre entre l'Afrique, la zone Océan Indien, l'Asie et l'Europe.
Les [auto]portraits engagent différentes questions : l'affirmation ou bien la remise en question d'un statut (celui de l'artiste), d'une identité (artistique, culturelle, sexuelle), d'une vision critique, politique, poétique des autres et/ou de soi. Ils engendrent un ensemble de sentiments à la fois complémentaires et contradictoires : le trouble, l'identification, le rejet, la crainte, l'empathie, le doute. Pourtant, la fascination prédomine, l'irrésistible tête-à-tête aentre le regardeur et le sujet provoque une pluralité de réactions. Les [auto]portraits activent une dissonance et une complexité inhérentes à la nature humaine. L'exposition « Où poser la tête ? » est nourrie de ses différents champs de recherche, de ces différents sentiments qui façonnent l'expérience de chacun. Le titre de l'exposition est une interrogation. Où poser la tête ? Qui suis-je ? Qui es-tu ? Comment se représenter et représenter l'autre ? Que nous disent les portraits et autoportraits ? Comment se positionner dans le monde ? Comment les genres du portrait et de l'autoportrait participent à une volonté de résistance et de revendication ?
Les œuvres présentées au sein de l'exposition formulent un dialogue où les regards politiques et poétiques se croisent et s'entrechoquent selon différents axes de réflexion : le portrait – la réactualisation d'un genre traditionnel, l'archive, le corps politique, l'intime, le masque et la performativité de soi. Les œuvres attestent d'une ambiguïté constante et d'une pluralité (des formes et des discours) nourrie de mouvements et de perturbations. Les problématiques politiques traversent l'exposition en questionnant les identités, l'histoire, la mémoire et le genre. Qu'ils soient traités de manière directe ou indirecte, les portraits et les autoportraits traduisent un mouvement, celui d'une performance continuelle des corps, des identités et des idées.
Publié à l'occasion des expositions éponymes à la Maison Bédier / Le Fondement et à la Villa de la Région, de novembre 2015 à janvier 2016.

Œuvres de Giulia Andreani, Malala Andrialavidrazana, Soleïman Badat, Sammy Baloji, Valérie Belin, Jimmy Cadet, Denis Darzacq, Oleg Dou, Thierry Fontaine, Samuel Fosso, Esther Hoareau, Stéphanie Hoareau, Pieter Hugo, Pascal Lièvre, Myriam Mihindou, Zanele Muholi, ORLAN, Yohann Quëland de Saint Pern, Rina Ralay-Ranaivo, Mary Sibande, Abel Techer, Marc Turlan, Moussa Sarr, Pascale Simont, Kimiko Yoshida, Wilhiam Zitte.