flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
The Naked Eye
Erica Baum [tous les titres]
Centres d'art, musées, galeries & varia [tous les titres]
Erica Baum The Naked Eye
Textes de Cathleen Chaffee et Jean-Max Colard.

Conception graphique : Myriam Barchechat.

Publié par la galerie Crèvecœur, Paris et Bureau, New York.
paru en novembre 2015
édition bilingue (français / anglais)
20 x 25 cm (relié)
144 pages (58 ill. coul. et 9 ill. n&b)
40.00 €
ISBN : 978-2-9541369-4-3
EAN : 9782954136943
en stock
 
Fruit d'une série débutée par l'artiste photographe new-yorkaise Erica Baum en 2008, les photographies de The Naked Eye sont autant de regards glissés entre les pages feuilletées de livres de poche remontant aux années 1950 à 1970. La monographie qui leur est dédiée révèle un goût pour les biographies de stars grands publics et les adaptations de films, avec cahier photo et papier pulp aux tranches imprimées de teintes vives.
« Plutôt qu'un manuel métaphorique que l'on pourrait consulter, Baum représente le passé comme une série de volumes envahissants, leurs pages remplies de personnages refusant d'accepter leur destin de signes épuisés. […] Pages déformées, tranches colorées et amas de texte sur lesquels on bute sont autant de preuves que le “présent” que semblent atteindre ces personnages n'a existé que pour l'appareil de Baum – et qu'il n'a duré qu'une fraction de seconde. Ce présent photographique est plus que perdu – il ne peut se répéter. En feuilletant un livre une seconde fois, nous y trouverons tous quelque chose de différent, non seulement parce que chaque moment qui passe est différent du précédent, mais parce que nous, alors, seront des lecteurs différents.
Tels des apparitions, les sujets animés de Baum émergent d'un bouillon de matériau visuel culturel, et leur résistance les rend singulièrement pertinents : à la façon dont nous nous souvenons, à notre relation changeante avec les livres et la technologie, à notre idylle ininterrompue avec la fiction. Mais tout cela, comme les photographies de Baum nous le rappellent également de façon critique, a déjà eu lieu. Elles nous obligent à considérer la précarité de notre propre point de vue – un moment présent qui, à cet instant même, se replie à son tour vers un fond lointain. »
Cathleen Chaffee
Ces vingt dernières années, la photographe Erica Baum (née en 1961 à New York, où elle vit et travaille) a peu à peu imposé sa notoriété par la création d'une poésie vernaculaire nouvelle à partir de matériaux imprimés trouvés. Si la sensibilité de Baum pour la poésie trouvée est devenue sa marque de fabrique, son véritable travail réside dans l'enquête obstinée. Tel un mineur suivant le filon de métal précieux, elle commence par prospecter des sites – catalogues de fiches, rouleaux de piano pneumatique, diapositives de visionneuse ViewMaster, romans, voire jeux de salon – et spécule sur leur veine productive, la pertinence nouvelle en terme de culture visuelle qu'ils peuvent encore contenir. Baum émonde au fil du temps et ne complète ses séries photographiques que lorsque le matériau arrête de produire des images qui, selon elle, sont utiles pour le contemporain.