flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Claude Rutault – L’Inventaire
Marie-Hélène Breuil [tous les titres]
MAMCO [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Marie-Hélène Breuil Claude Rutault L’Inventaire
paru en octobre 2015
édition bilingue (français / anglais)
22,5 x 27 cm (broché, couv. à rabats)
176 pages (74 ill. coul. et 6 ill. n&b)
22.00 €
ISBN : 978-2-940159-71-0
EAN : 9782940159710
en stock
 
L'histoire d'une œuvre emblématique de Claude Rutault.
Écrite en 1989, la dm 170, inventaire 2 a été réalisée pour l'ouverture du Mamco en 1994 dans un espace cloisonné par des panneaux de bois, comme l'étaient alors toutes les salles du musée. Sous le titre L'Inventaire, donné par l'institution, elle répond à la demande faite par cette dernière à quatre artistes, dont Claude Rutault, de penser ce que serait pour eux « la dernière salle idéale». Depuis sa mise en place, les actualisations de cette œuvre (plus d'une quinzaine) se sont succédé à un rythme régulier et de façon fort différente, proposant des images, visions et conceptions variées, bien que toujours conformes, du projet d'une peinture écrite auquel Claude Rutault travaille depuis 1973.
L'ensemble des toiles de cet inventaire – deux cent quarante-huit très exactement – soigneusement rangées dans des rayonnages, constitue un équivalent visuel du corpus proliférant des définitions/méthodes (dm), ces textes à partir desquels s'actualisent les peintures de Claude Rutault : une toile par texte, peinte si celui-ci a été actualisé au moins une fois ou laissée brute. Image de l'atelier, du travail en cours et d'une œuvre jamais finie, qu'il revient à un preneur en charge (particulier, institution) de réaliser, L'Inventaire apparaît également comme une bibliothèque idéale dans laquelle peintures et livres ne font qu'un.
L'histoire de cette œuvre au Mamco, que l'on pourra lire dans cet ouvrage abondamment illustré, est aussi celle de tout l'œuvre peint de Rutault, un artiste hanté par le souci de confronter sa pratique aux enjeux de la modernité, mais d'une modernité qu'il s'agit toujours et encore de réinventer.
Né en 1941 à Trois Moutiers (Vienne), Claude Rutault vit et travaille à Vaucresson (Hauts-de-Seine). En 1973, il énonce sa première « définition / méthode » (d/m) : « une toile tendue sur châssis peinte de la même couleur que le mur sur lequel elle est accrochée. sont utilisables tous les formats standard disponibles dans le commerce qu'ils soient rectangulaires, carrés, ronds ou ovales. l'accrochage est traditionnel. » Depuis, il en a proposé plusieurs centaines d'autres, qui ont toutes pour ambition de viser à une déconstruction générale des modes d'existence du tableau.
Marie-Hélène Breuil (1962-2016) a enseigné l'histoire de la sculpture, l'histoire de la restauration et l'art contemporain à l'École supérieure des beaux-arts de Tours. Ses recherches se sont partagées entre deux thèmes qui se croisent : l'art contemporain depuis 1970 autour du travail de peinture et d'écriture de l'artiste Claude Rutault ; les problématiques de conservation-restauration des œuvres contemporaines et les protocoles d'exposition. Elles ont porté notamment sur la matérialité et la dématérialisation, les modes et les moyens de production, l'actualisation et la « prise en charge » des œuvres. Elle a assuré la mise en œuvre, la documentation et l'iconographie de l'édition intégrale des définitions/méthodes de Claude Rutault parue sous le titre Claude Rutault définitions/méthodes le livre, aux éditions Flammarion en 2000. Elle est l'auteur d'une thèse en histoire de l'art soutenue à l'Université Paris IV – Sorbonne en 2009, L'œuvre de Claude Rutault – définitions/méthodes : écriture, peinture, sociabilité.