flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Where to Start From
Maurizio Nannucci [tous les titres]
Mousse [tous les titres] Mousse Publishing (livres) [tous les titres]
Maurizio Nannucci Where to Start From
Textes de Stefano Chiodi et Bartolomeo Pietromarchi ; entretien avec Maurizio Nannucci et Hou Hanru.
paru en septembre 2015
édition bilingue (anglais / italien)
16,5 x 23,5 cm (broché, couv. perforée)
272 pages (ill. coul. et n&b)
30.00 €
ISBN : 978-88-6749-147-6
EAN : 9788867491476
en stock
 
Monographie exhaustive couvrant l'ensemble de la carrière de Maurizio Nannucci et présentant une sélection de ses projets les plus importants.
Cette publication offre un large panorama de l'œuvre de Nannucci, depuis ses travaux pionniers Dattilogrammi (1964/1965), Alfabetofonetico (1967), M40 (1967), Corner (1968), Colors (1969), l'installation The missing poem is the poem (1969), les explorations sonores (depuis 1966) et les séries photographiques Giardini botanici (1967), Scrivere sull'acqua (1973), Sessanta verdi naturali (1973) jusqu'aux trois nouvelles installations réalisées pour l'exposition au MAXXI, dont l'imposant More than meets the eye qui orne la façade du musée romain. « Le néon installé au MAXXI peut être vu comme l'expression, l'affirmation de l'approche poétique de Maurizio Nannuci » écrit le commissaire d'exposition Bartolomeo Pietromarchi, « et en même temps comme le début de l'exposition, le “par où commencer” (Where to start from) pour pénétrer l'espace dans lequel, comme le dit l'artiste “l'image dépasse les limites de la représentation et deviens une image mentale, virtuelle, l'image d'un rêve ou d'une rêverie, qui peut être évoquée par un mot, un son, une odeur. »
Publié à l'occasion de l'exposition éponyme au MAXXI – Museo nazionale delle arti del XXI secolo, Rome,du 26 juin au 18 octobre 2015.
Lié à l'art conceptuel et au groupe Fluxus, Maurizio Nannucci (né en 1939 à Florence, où il vit et travaille) est le premier à avoir utilisé le néon dans le champ de l'art d'une manière scripturale, proposant, dès 1967, des signes, des mots ou des phrases en guise d'œuvres, composant des pièces lumineuses installées dans des contextes donnés, construisant ainsi un véritable dialogue avec l'architecture. Son travail avec le langage multiplie en réalité les supports et les outils d'intervention : pages écrites à la machine, cartes postales, posters, livres d'artiste, anthologies, magazines, autocollants, tampons en caoutchouc, estampes, sacs à provisions, badges, vidéos, disques et CD, autant de moyens dont l'artiste se saisit pour continuer à explorer la mise à disposition publique du signe.