flux RSS (nouvelles parutions)
 



version française / english version
Ragnar Kjartansson [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Art contemporain [tous les titres] – collection Palais de Tokyo (Paris) [tous les titres]
Ragnar Kjartansson <!---->
Edité par Frédéric Grossi.
Textes de Laure Fernandez, Ragnar Kjartansson, Julien Fronsacq.

Conception graphique : Xavier Antin.
paru en novembre 2015
édition bilingue (français / anglais)
16 x 24 cm (broché)
96 pages (ill. coul. et n&b)
19.00 €
ISBN : 978-2-84066-813-8 / 978-2-84711-062-3
EAN : 9782840668138
en stock
 
Nouvelle monographie, s'inscrivant dans la collection publiée avec Les presses du réel en lien avec les expositions du Palais de Tokyo, avec des vues d'exposition et une sélection d'œuvres emblématiques, un entretien, un essai et un ensemble de notices.
Ragnar Kjartansson compose une œuvre singulière à la croisée de la performance et du cinéma, de la sculpture et de l'art lyrique, de la peinture de plein air et de la musique. Il produit régulièrement de vastes projets interdisciplinaires dont la réalisation implique souvent plusieurs participants – acteurs, musiciens, amis et membres de sa famille. Éprouvant les mécanismes du spectacle et les ressorts de la tragédie, Ragnar Kjartansson parvient conjointement à faire advenir une émotion à travers des gestes mélodramatiques et à révéler la réalité qui se joue dans les fondements de toute interprétation. Par la répétition, véritable motif de son œuvre, Ragnar Kjartansson éclaire l'effort à l'œuvre et la théâtralité de la vie quotidienne.
Laure Fernandez est chercheur en arts du spectacle. Ses recherches portent notamment sur la théâtralité dans les arts visuels contemporains.
Julien Fronsacq est commissaire d'exposition au Palais de Tokyo et commissaire de l'exposition de Ragnar Kjartansson.

Publié à l'occasion de l'exposition personnelle de Ragnar Kjartansson au Palais de Tokyo, « Seul celui qui connaît le désir », du 21 octobre 2015 au 10 janvier 2016.

Coéditée avec Les presses du réel, la collection de livres monographiques dans laquelle s'inscrit cet ouvrage est publiée en lien avec les expositions du Palais de Tokyo. Richement illustrés, comprenant de nombreuses vues de l'exposition, accessibles à tous, ces livres permettent de poursuivre l'expérience de la rencontre avec l'œuvre de l'artiste. Les propos des artistes, les contributions inédites de théoriciens, de critiques d'art et de commissaires d'expositions permettent de mieux comprendre le parcours de chaque artiste et la genèse de son projet au Palais de Tokyo. Le lecteur peut ainsi assister au cheminement d'une pensée. Des vues d'atelier, reproductions d'œuvres, documents préparatoires et images de référence témoignent des processus créateurs et complètent entretiens et essais.
Au cours de ses performances, qui s'étendent souvent sur plusieurs semaines voire plusieurs mois, Ragnar Kjartansson (né en 1976 à Reykjavík, où il vit et travaille) étudie non seulement ses propres limites physiques et mentales, dans la tradition des débuts de l'art performance, mais aussi le statut de l'artiste et ses diverses représentations. Lors de son installation « The Schumann Machine » (2008) pour Manifesta 7, il a chanté pendant une période de deux semaines plusieurs heures par jour le cycle « Dichterliebe » (Les Amours du poète, 1840) de Robert Schumann. Une autre fois, il a peint – comme contribution au pavillon islandais de Venise 2009 – pendant plusieurs mois quotidiennement plusieurs portraits d'un ami. Kjartansson joue avec des motifs de l'histoire de l'art comme « Le peintre et son modèle », la sacralisation de l'atelier de l'artiste, mais aussi avec sa déconstruction en rendant l'atelier accessible au public. Ses performances sont caractérisées par la mélancolie, mais aussi par des moments comiques et absurdes où il représente les poses et les attitudes de ces diverses images d'artistes de manière exagérée.