flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Aatie (opéra-monde) (CD / DVD)
Frédéric Acquaviva [tous les titres]
AcquAvivA [tous les titres]
Frédéric Acquaviva Aatie (opéra-monde) (CD / DVD)
paru en 2012
40'26''
15.00 €
en stock
 
Une pièce pour mezzo-soprano, voix, ensemble instrumental, electronique et vidéo (le DVD, sans son, peut être synchonisé avec la musique sur CD). Une musique instrumentale construite autour d'une jungle de voix traduisant chacune une réalité ponctuelle, un opéra construit sur des situations.
La pièce Aatie, fragment a été interprétée au Teatro La Fenice, Salle Apollinee, Venise, en mai 2011, avec Loré Lixenberg (mezzo-soprano), les solistes de l'Orchestra de la Fenice (Roberto Baraldi, violon, Daniel Formentelli, alto, Emanuele Silvestri, violoncelle, Stefano Pratissoli, contrebasse, Vincenzo Paci, clarinette, Roberto Giaccaglia, basson, Andrea Corsini, cor) et électronique, dirigée par Gerhard Krammer.
La version complète d'Aatie a été interpétée en première mondiale au Conservatoire de Paris en février 2012, avec Loré Lixenberg, Jonathan Prager (spatialisation), l'Ensemble Furians dirigé par Pierre Dumoussaud, à l'invitation de Denis Dufour (réalisation vidéo : Thierry Villeneuve).
Frédéric Acquaviva, né en 1967, est depuis 1990 artiste sonore et compositeur de musique expérimentale, d'installations chronopolyphoniques, diffusées sur CD, en galeries, dans des musées et lieux institutionels ou lieux alternatifs, dans le monde entier. Hors des circuits traditionnels des musiciens et compositeurs, il rencontre puis travaille de manière continue avec quelques figures historiques de l'art, de la poésie ou de la vidéo bien avant leur reconnaissance médiatique (Isidore Isou, Maurice Lemaître, Marcel Hanoun, Pierre Guyotat, Jean-Luc Parant...), ainsi qu'avec la chorégraphe Maria Faustino, le cinéaste FJ Ossang ou la mezzo-soprano Loré Lixenberg. Sa musique, dé-concertante et dont il aime choisir le dispositif d'écoute, explore de manière toujours nouvelle les rapports de la voix, du langage, du son et du sens, ainsi que l'idée d'un corps intégré à la composition musicale quoique totalement absent lors des auditions de ses œuvres (par diffusion acousmatique ou installation sonore). Mais, comme le remarque Eric Vautrin dans Mouvement, son travail n'est pas « un travail sonore mais un travail sur le sonore ».
Acquaviva devient en même temps l'un des protagonistes essentiels de la redécouverte des avant-gardes historiques et notamment du Lettrisme (Isidore Isou, dont il dirige l'édition de la première monographie ; Gabriel Pomerand, Maurice Lemaître, Gil J Wolman, Jean-Louis Brau, Jacques Spacagna, François Dufrêne, Roland Sabatier, Alain Satié, Broutin...), de la poésie sonore (Henri Chopin, Bernard Heidsieck) et de quelques figures isolées (Pïerre Albert-Birot, Otto Muehl...), à travers des actions fort diversifiées : orchestrations ou réalisations sonores des symphonies de Isou, Lemaître et Pomerand, livres, conférences, constitution de bases de données et d'archives, commissariat d'expositions (notamment, depuis 2014, dans le cadre de l'artist's space « La Plaque Tournante » qu'il a fondé à Berlin avec Loré Lixenberg), projets radiophoniques, réalisations de vidéos, et édition, comme directeur de collection aux Editions Derrière la Salle de Bains, ou avec ses propres éditions : AcquAvivA, et la revue CRU.

Voir aussi Frédéric Acquaviva & Mark Knoop.