flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Loré Ipsum (3 CD)
Frédéric Acquaviva [tous les titres]
AcquAvivA [tous les titres]
Frédéric Acquaviva Loré Ipsum (3 CD)
paru en juin 2015
CD digipack 3 volets
20.00 €
en stock
 
Une pièce musicale (6 x 27') pour voix et électroniques interprétée par Loré Lixenberg, mezzo soprano, et Frédéric Acquaviva (« dead electronics »).
La seule source sonore de cette pièce est la voix de Loré Lixenberg ainsi que sa destruction électronique, et la destruction électronique de cette destruction, etc. Le premier disque présente la pièce originale tandis que les autres disques donnent des versions enregistrées dans d'autres villes (New York, Copenhague, Londres, Paris, Tel Aviv). A chaque fois vient s'ajouter la lecture des pages culturelles du quotidien, énoncée dans la langue locale, le tout intégré ou désintégré par Frédéric Acquaviva. L'œuvre n'est donc pas figée, chaque version pouvant prétendre être l'œuvre achevée, suivant un processus de variations que l'on retrouve davantage dans des « séries » d'œuvres plastiques.
Edition de 500 copies.
Frédéric Acquaviva, né en 1967, est depuis 1990 artiste sonore et compositeur de musique expérimentale, d'installations chronopolyphoniques, diffusées sur CD, en galeries, dans des musées et lieux institutionels ou lieux alternatifs, dans le monde entier. Hors des circuits traditionnels des musiciens et compositeurs, il rencontre puis travaille de manière continue avec quelques figures historiques de l'art, de la poésie ou de la vidéo bien avant leur reconnaissance médiatique (Isidore Isou, Maurice Lemaître, Marcel Hanoun, Pierre Guyotat, Jean-Luc Parant...), ainsi qu'avec la chorégraphe Maria Faustino, le cinéaste FJ Ossang ou la mezzo-soprano Loré Lixenberg. Sa musique, dé-concertante et dont il aime choisir le dispositif d'écoute, explore de manière toujours nouvelle les rapports de la voix, du langage, du son et du sens, ainsi que l'idée d'un corps intégré à la composition musicale quoique totalement absent lors des auditions de ses œuvres (par diffusion acousmatique ou installation sonore). Mais, comme le remarque Eric Vautrin dans Mouvement, son travail n'est pas « un travail sonore mais un travail sur le sonore ».
Acquaviva devient en même temps l'un des protagonistes essentiels de la redécouverte des avant-gardes historiques et notamment du Lettrisme (Isidore Isou, dont il dirige l'édition de la première monographie ; Gabriel Pomerand, Maurice Lemaître, Gil J Wolman, Jean-Louis Brau, Jacques Spacagna, François Dufrêne, Roland Sabatier, Alain Satié, Broutin...), de la poésie sonore (Henri Chopin, Bernard Heidsieck) et de quelques figures isolées (Pïerre Albert-Birot, Otto Muehl...), à travers des actions fort diversifiées : orchestrations ou réalisations sonores des symphonies de Isou, Lemaître et Pomerand, livres, conférences, constitution de bases de données et d'archives, commissariat d'expositions (notamment, depuis 2014, dans le cadre de l'artist's space « La Plaque Tournante » qu'il a fondé à Berlin avec Loré Lixenberg), projets radiophoniques, réalisations de vidéos, et édition, comme directeur de collection aux Editions Derrière la Salle de Bains, ou avec ses propres éditions : AcquAvivA, et la revue CRU (Contemporary Radical Underground).

Voir aussi Frédéric Acquaviva & Mark Knoop.