flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Xanti Schawinsky [tous les titres]
JRP|Ringier [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Xanti Schawinsky <!---->
Edité par Raphael Gygax & Heike Munder.
Textes de Torsten Blume, Eva Díaz, Raphael Gygax, Juliet Koss, Tobias Peper.
paru en mars 2015
édition bilingue (anglais / allemand)
20,1 x 27,2 cm (broché)
176 pages (58 ill. coul. et 31 ill. n&b)
45.00 €
ISBN : 978-3-03764-397-6
EAN : 9783037643976
en stock
 
Monographie exhaustive d'Alexander Schawinsky, figure du Bauhaus et du Black Mountain College, théoricien d'un théâtre annonciateur du « happening », auteur d'une œuvre picturale « performative » décloisonnant les médiums et élargissant l'idée de peinture, représentatif de l'échange transatlantique d'idées artistiques qui a durablement marqué l'histoire de l'art.
Publié à l'occasion de l'exposition de Xanti Schawinsky au Migros Museum, Zurich, de février à mai 2015.
De son vivant, l'artiste suisse Alexander « Xanti » Schawinsky (né à Bâle en 1904, décédé à Locarno en 1979) se fit essentiellement connaître pour son travail dans le département théâtre du Bauhaus. Professeur au Black Mountain College, école légendaire d'art en Caroline du Nord ayant accueilli de nombreux migrants européens à l'époque du nazisme, Schawinsky développa dans les années 1930 sa théorie théâtrale du « Spectodrama », inspirée de son travail effectué au Bauhaus. Il y s'agit de mises en scène multimédia, dans une forme annonciatrice du « happening », rendu célèbre quelques années plus tard par John Cage dans cette même institution. Comme les danses mimées et les manifestations sur la scène du Bauhaus, les Spectodramas développent leur propre trame dramatique, essentiellement dans le domaine visuel. Il s'agit de scènes qui analysent un thème sous différentes perspectives en utilisant les moyens classiques du théâtre, tels que l'espace, la forme, la couleur, la lumière, le mouvement, le son, la langue et la musique et en y intégrant des effets techniques comme la projection ou le film. Ces scènes peuvent avoir lieu en présence ou non d'hommes et de femmes ayant principalement une activité de danse ou de mime.
À côté des utopies avant-gardistes du Bauhaus et d'un art proto-happening, on trouve dans l'œuvre de Schawinsky de nombreux liens avec les principaux courants artistiques de l'avant et de l'après-guerre en Europe et en Amérique. Ainsi, son travail peut également être considéré comme représentatif de l'échange transatlantique d'idées artistiques ayant durablement marqué l'histoire de l'art.
L'œuvre picturale de Schawinsky, centrale à partir des années 1940 bien que moins connu, est réalisé d'après le même procédé. Schawinsky s'y consacre au décloisonnement du média et transpose ses idées sur le théâtre et la performance à la peinture, se saisissant de la toile comme d'un espace scénique évolutif. Dans le New York de l'après-guerre, Schawinsky expérimente diverses techniques, à l'instar de collègues comme Jackson Pollock et d'autres représentants de l'expressionisme abstrait, pour élargir l'idée de peinture et conférer une place centrale à certaines notions, notamment à l'application de la couleur en elle-même, en tant que partie inhérente du tableau.