flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Pierre Mabille [tous les titres]
Analogues [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Pierre Mabille <!---->
Textes de Michel Pastoureau, Christine Lapostolle, Jean-Marc Huitorel, Claire Nédellec.
paru en février 2015
édition bilingue (français / anglais)
17 x 24 cm (broché, couv. à rabats)
192 pages (ill. coul.)
28.00 €
ISBN : 978-2-35864-065-7
EAN : 9782358640657
en stock
 
Nouvelle monographie, avec des essais de Michel Pastoureau et Jean-Marc Huitorel, la reproduction des planches de l'« antidictionnaire » qui accompagne l'œuvre peinte de Pierre Mabille, une sélection de peintures récentes, un ensemble de vues des vitraux de l'église de Chalonnes-sur-Loire, ainsi qu'une biographie documentée et illustrée qui permet d'inscrire l'actualité de l'artiste dans l'ensemble de son parcours artistique.
« La réitération n'implique pas fatalement le ressassement. La forme oblongue que Pierre Mabille remet sans cesse sur le métier depuis 1997 n'a d'existence que dans une subtile polysémie. Ce motif récurrent, singulier et unique qui se retrouve dans ses peintures, dessins, dispositifs et vitraux désormais, possède une force secrète qui se révèle dans la pratique. Ici ne s'avoue aucun dessein à court, moyen ou long terme, mais se distingue une préméditation improvisée. L'apparition de la forme/signe segmente un parcours qui voit l'abandon de toute anecdote au profit d'une expérience de la couleur. La couleur dans sa fluidité, ses contrastes, son rythme, ses variations, son dynamisme. La couleur via, par, pour la forme qui refuse l'image. Pour mieux faire sens ? Faire sensation serait plus pertinent. Tout ici se manifeste dans l'équilibre, dans le jeu incessant de la couleur et de l'espace. Les grands formats horizontaux des peintures récentes témoignent de cette recherche où les couleurs sont mises en relation en fonction de leur densité. »
Robert Bonaccorsi
Dans les années 1980, Pierre Mabille (né en 1958 à Amiens, vit à Fontenay-sous-Bois et travaille à Montreuil) peignait des surfaces saturées de signes pour la plupart figuratifs. Parmi eux, quelques formes d'apparence plus abstraite, dont celle d'une touche de pinceau, le résultat de sa pression sur le plat de la surface.
« Dans mon vocabulaire initial, elle symbolisait le cyprès. A l'origine verticale, elle était beaucoup plus marquée, rappelait notamment la mandorle, déterminait un haut et un bas. Je l'ai disposée horizontalement. Elle a gagné en légèreté. Plus aérienne, elle m'offre la possibilité de composer en étagement, en suspension, d'oublier le sol et le ciel, donc de quitter l'image. » (Pierre Mabille).
Cette figure en forme d'amande pointue que le vocabulaire français ne sait pas nommer avec précision mais que la langue allemande qualifie parfaitement : ein Spitzoval, est « un ovale à deux pointes ». Depuis 1997, Pierre Mabille en fait un motif récursif de sa peinture. Il l'obtient en entrecroisant et en superposant des lignes courbes ou ondées de différents modules, produisant à leurs intersections un ensemble d' « otelles » qui, une fois les couleurs posées et les lignes effacées, deviennent les motifs principaux du tableau.