flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Les êtres et les objets se perforent
Simon Nicaise [tous les titres]
Centres d'art, musées, galeries & varia [tous les titres]
Simon Nicaise Les êtres et les objets se perforent
Texte de Lionnel Gras.
Notices de Loraine Baud.

Publié par la Galerie Bodson, Bruxelles et la Galerie Dominique Fiat, Paris.
paru en mars 2014
édition bilingue (français / anglais)
20,5 x 28,6 cm (relié)
88 pages (51 ill. coul. et 4 ill. n&b)
20.00 €
ISBN : 978-2-9547861-0-0
EAN : 9782954786100
en stock
 
Premier ouvrage consacré au travail sculptural et performatif du jeune artiste français.
Les êtres et les objets se perforent est la première monographie consacrée à Simon Nicaise. Elle réunit les œuvres majeures de l'artiste, depuis ses premières expositions jusqu'aux pièces les plus récentes.
L'essai de Lionnel Gras, historienne de l'art et curatrice d'expositions, propose un ensemble de mouvements transversaux qui se présentent comme autant d'entrées pour appréhender la richesse du travail de Simon Nicaise. L'analyse détaillée met en perspective les notions-clefs du travail : la construction, le geste, l'événement, l'accident, l'entropie, le système, la fiction, ou encore l'appropriation. L'auteure expose et prolonge les enjeux esthétiques qui sous-tendent la pratique de l'artiste, utilisant des images et des outils d'analyse aussi divers qu'inattendus. Son approche est naturellement enrichie par le souvenir de conversations régulièrement partagées avec l'artiste et une fréquentation continue de ses œuvres. Au fil du texte, des mélodies rythment la pensée critique.

« Le territoire d'élection de l'artiste oscille entre des registres apparemment rivaux : la candeur ingénue, la poésie fleur bleue et la machination tragique. La poésie se mêle parfois au quotidien trivial, au dévalué, au grotesque, à la farce et à l'humour potache. L'incohérence et l'absurde donnent lieu tout aussi bien à des actions anti-héroïques ou modestes (balayer par exemple) qu'à des gestes à l'allure prométhéenne (faire tenir l'impossible). Chez Simon Nicaise, la neige se conserve au congélateur, la première pierre est déposée sur un vulgaire mur de parpaings cimentés et le bruit de la mer nous est livré à l'aide d'un amplificateur industriel standard. Le rapprochement, parfois antagoniste, d'objets conduit à mettre en place un autre rapport cognitif et visuel à la réalité, comme une nouvelle lucidité peut-être. »
Lionnel Gras
Le travail de Simon Nicaise (né en 1982 à Rouen, vit à Paris) se développe essentiellement dans les champs de la sculpture et, plus récemment, celui de la performance. Simon Nicaise détourne fréquemment des objets du quotidien qu'il transforme et charge de tensions pour révéler, entre autres, la fragilité de l'instant et du sens.
Simon Nicaise participe à de nombreuses expositions dans des institutions et centres d'art en France et à l'étranger (Allemagne, Belgique, Suisse), dont notamment Seconde Main au Musée d'Art Moderne de la ville de Paris en 2010. Il est lauréat du Prix Jeune Création en 2009 puis du Prix Sciences-Po pour l'art contemporain en 2011.