flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Theresa Hak Kyung Cha – Berkeley – 1968
Elvan Zabunyan [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents [tous les titres] – collection Hors série [tous les titres]
Elvan Zabunyan Theresa Hak Kyung Cha Berkeley – 1968
paru en avril 2013
édition française
15 x 21 cm (broché)
236 pages (ill. n&b)
18.00 €
ISBN : 978-2-84066-576-2
EAN : 9782840665762
en stock
 
Première publication dédiée à l'œuvre singulière de l'artiste coréenne-américaine Theresa Hak Kyung Cha (1951-1982), à la croisée de la performance, de l'art conceptuel, de la vidéo et de la poésie, dont l'un des motifs principaux concerne sa représentation de l'Histoire, marquée par l'expérience de l'exil et de la migration, de la dislocation temporelle, culturelle, géographique et sociale.
Dans le courant de sa brève vie, Theresa Hak Kyung Cha a produit un travail artistique, littéraire et critique qui en fait une figure exemplaire, même si encore trop méconnue, de l'art contemporain américain. Est ici retracé ce parcours singulier qui se forge à la lumière d'une période exceptionnelle à la fois de l'histoire et de l'histoire de l'art. Theresa Hak Kyung Cha est à Berkeley en 1968, à Paris en 1976, à New York en 1980 et s'engage dans une pratique de l'art et de la pensée où sont brassés les concepts les plus novateurs des théories visuelles ou filmiques, de la philosophie, de la linguistique et de la littérature comparée.
Theresa Hak Kyung Cha, Berkeley, 1968 est aussi une réflexion inédite sur la représentation de territoires culturels déplacés et leur rapport à la mémoire.

« L'essai sur l'œuvre de Theresa Hak Kyung Cha est un grand travail de recherche qui, par le choix de son sujet, son discours transdisciplinaire et transculturel, ouvre sur un champ de potentiels infinis. C'est un travail semé de petits “joyaux”. En le lisant, j'ai été particulièrement éblouie par l'interprétation de la scène Berkeley-Paris et par les liens qu'Elvan Zabunyan a tissés, à travers le temps, autour des activités artistiques, notamment la performance, le cinéma, la culture visuelle et la culture des médias. »
Trinh T. Minh-ha, cinéaste et professeure aux départements des Gender & Women's Studies et de Rhétorique, Université de Berkeley (Californie)

« Cette monographie d'Elvan Zabunyan gagne sa place dans la recherche en histoire de l'art internationale en devenant la première lecture substantielle, rigoureuse et analytique du travail artistique de Theresa Hak Kyung Cha. Le soin avec lequel est retracée la formation intellectuelle et esthétique de l'artiste aux États-Unis et à Paris est particulièrement impressionnant, sont révélées l'étendue de ses engagements intellectuels dans les domaines de la théorie et de la pratique du cinéma contemporain ainsi que la rencontre avec les théories françaises en littérature et en cinéma qui permet l'élaboration d'une pratique artistique vraiment d'avant-garde pour une époque où commence l'expérimentation avec la vidéo et l'installation. »
Griselda Pollock, professeure d'histoire sociale et critique de l'art, Université de Leeds
Historienne de l'art contemporain, Elvan Zabunyan est maître de conférences habilitée à l'université Rennes 2 et critique d'art. Ses recherches portent sur l'art nord-américain depuis les années 1960 et notamment le tournant 1970 autour des questions raciales et féministes. Elle travaille depuis le début des années 1990 sur les problématiques issues des cultural studies, des théories postcoloniales et des études de genre en cherchant à construire, grâce à ces pensées critiques, une méthodologie de l'histoire de l'art contemporain articulée autour d'une histoire culturelle, sociale et politique. Elle a publié Black is a color, une histoire de l'art africain américain (Dis Voir, 2004), co-dirigé plusieurs livres et a écrit de nombreux articles dans des ouvrages collectifs, des catalogues d'exposition et des périodiques.