flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Défaire l’image – De l’art contemporain
Eric Alliez [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Critique, théorie & documents [tous les titres] – collection Perceptions [tous les titres]
Eric Alliez Défaire l’image De l’art contemporain
Avec la collaboration de Jean-Claude Bonne.
paru en novembre 2013
édition française
20,4 x 28,8 cm (broché)
640 pages (ill. coul. et n&b)
39.00 €
ISBN : 978-2-84066-610-3
EAN : 9782840666103
en stock
 
Un livre pour défaire le régime esthétique de l'image, en vue d'une nouvelle pensée diagrammatique, après Deleuze et Guattari, entre art et philosophie : un ouvrage introductif et spéculatif sans équivalent qui, partant de la rupture opérée par Matisse et Duchamp avec la phénoménologie picturale de l'image esthétique, constitue une archéologie de l'art contemporain qui passe par Buren, Matta-Clark, Brus et le néoconcrétisme brésilien.
Ce livre, d'exploration, entend moins produire une philosophie de l'art contemporain que se tenir dans l'entre-deux de l'art et de la philosophie : entre une philosophie contemporaine de l'art contemporain et un art contemporain de la philosophie contemporaine.
L'art contemporain ainsi doublement visé n'est pas affaire de condition philosophique, puisqu'il renvoie bien plutôt aux modalités selon lesquelles nous pouvons nous faire philosophiquement les contemporains d'œuvres par nature problématiques se rangeant mal sous les catégories (d'origine romantique) de l'esthétique.
Cette discontinuité déployée en synthèse disjonctive de l'art contemporain dans un défaire l'image esthétique de l'art est appréhendée, non pas d'après mais après Deleuze et Guattari, sous l'idée de régime, d'agencement ou de « pensée diagrammatique ». Indissociable du déplacement de l'analyse à partir des œuvres et des pratiques (de création et de réception) qu'elles promeuvent en impulsant une nouvelle configuration à la fois processuelle et post-conceptuelle de l'art, la recherche donne lieu à une multiplicité d'essais proposant autant d'expériences de pensée par l'art contemporain pour en produire l'analyse dans une double perspective, généalogique et archéologique.
Matisse et Duchamp – la Pensée-Matisse et la Pensée-Duchamp – sont ainsi mis en tension d'un champ de forces « rechargé », depuis les années 1960, par les options micropolitiques dont relève la problématisation critique et clinique de l'art. Le mode d'emploi passe par Daniel Buren, Gordon Matta-Clark et Günter Brus, mais c'est la lignée brésilienne qui ouvre (avec la contre-installation du Leviathan Toth d'Ernesto Neto au Panthéon) et clôt (dans la « Boîte » de Hélio Oiticica) ce livre sans équivalent.
Singulier et pluriel, introductif et spéculatif, il donne matière aux études de cas d'un art-pensée qui ne fait qu'un avec la construction continuée du concept même d'art contemporain.
Jean-Claude Bonne est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris). Il travaille entre l'art médiéval et l'art moderne et contemporain. Avec Eric Alliez, il est le co-auteur de La Pensée-Matisse (Le Passage, 2005).
Proche de Félix Guattari et de Gilles Deleuze, qui a dirigé son doctorat d'Etat, Eric Alliez est professeur au département de philosophie de Paris 8. II a mené une carrière internationale qui l'a conduit à enseigner à Rio de Janeiro (Université de l'État), Vienne (Académie), Karlsruhe (Hoschschule), et Londres (Middlesex, puis Kingston), où il enseigne toujours. Auteur de nombreux ouvrages de philosophie et d'écrits multiples entre art et philosophie, il achève, avec Défaire l'image, une ambitieuse trilogie initiée avec La pensée-Matisse puis L'œil-cerveau, qui constitue une véritable archéologie de l'art contemporain, renouvellant puissamment la lecture des œuvres, en rupture avec les poncifs tenaces de la vieille esthétique.