flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Emmanuelle Villard [tous les titres]
Analogues [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Emmanuelle Villard <!---->
Textes d'Eric de Chassey et Guillaume Benoit.
paru en mai 2012
édition bilingue (français / anglais)
19 x 24 cm (broché, sous bandeau)
160 pages (ill. coul. et n&b)
32.00 €
ISBN : 978-2-35864-034-3
EAN : 9782358640343
en stock
 
Première monographie dédiée aux peintures, sculptures et collages glamour et saturés de l'artiste française qui travaille comme une drag queen se maquille.
Publié à l'occasion des expositions d'Emmanuelle Villard à la galerie Les filles du calvaire, Paris, et à l'abbaye de Maubuisson, en 2011-2012.
Née en 1970 à Montpellier, Emmanuelle Villard vit et travaille à Paris. « Emmanuelle Villard est peintre et, ce qu'elle peint, ce sont presque toujours des tableaux. Ceux-ci ne sont certes pas forcément des panneaux rectangulaires plats comme le veut la tradition – mais ce sont toujours des objets singuliers, destinés à attirer le regard et à fixer l'attention pour une durée qu'il appartient à chacun de déterminer, c'est-à-dire ce que l'on peut continuer à appeler tableaux à une époque où la pratique de la peinture a lieu selon des modalités et dans un champ élargis. On pourrait même dire que les objets tridimensionnels, posés ou suspendus, qu'elle réalise depuis 2004-2005, les baptisant Objets visuels, sont autant des tableaux que des sculptures, puisque c'est d'abord la surface colorée qui y importe. Son œuvre s'ancre profondément dans les années 1990, années qui ont vu l'émergence d'une pratique de l'abstraction qui conjuguait l'héritage des années 1960-1970, avec la réalisation du tableau par une attention particulière à un procédé matériel (process), et l'héritage des années 1980, avec la prise en compte d'une dimension iconique inéluctable puisque tout est désormais perçu comme une image, y compris ce processus matériel (une goutte de peinture est désormais aussi l'image d'une goutte de peinture). Elle s'est depuis développée de manière autonome, non sans rejoindre ou anticiper les questions plus généralement posées par le monde de l'art des années 2000, notamment pour ce qui concerne la part du jeu et une nouvelle manière d'appréhender artistiquement la question féminine dans le domaine artistique. » (Eric de Chassey)