flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Transmission / Réception
Yona Friedman & Camille Henrot [tous les titres]
Kamel Mennour [tous les titres]
 Yona Friedman & Camille Henrot Transmission / Réception
Texte de Olivier le Bihan.
paru en mai 2007
édition bilingue (français / anglais)
15 x 20 cm (broché, couv. à rabats)
144 pages (ill. coul.)
20.00 €
ISBN : 978-2-914171-29-8
EAN : 9782914171298
en stock
 
Ouvrage documentant, par le biais de nombreuses photographies, de dessins et de correspondances, le projet collaboratif confrontant les univers de Yona Friedman et de Camille Henrot (une déconstruction de l'espace de l'appartemment de l'architecte, conçu comme un espace abstrait et symbolique, par l'artiste).
Le travail de Camille Henrot s'attache à interroger le processus même de la création artistique. Il a pour champ d'action les arts qui, tels le cinéma, la musique ou l'architecture, existent à la fois comme art et industrie. Camille Henrot explore dans ces domaines les possibilités de glissement et de fertilisation réciproques. Elle pratique ainsi un recyclage des produits culturels par addition, soustraction ou division afin d'en faire ressortir le caractère essentiel (King Kong Addition présenté au Palais de Tokyo, Karaoké chorale lors de la Nuit blanche 2007, ou The Minimum of Life au CIC Genève). Le travail de Camille Henrot agit ainsi comme un révélateur des œuvres qu'il investit.
Ce nouveau monde auquel fait référence le titre de l'exposition est celui que constitue, pour l'artiste, l'appartement de Yona Friedman. Yona Friedman, artiste, architecte visionnaire, urbaniste, s'attelle à construire des « utopies réalisables ». L'exposition de Camille Henrot met en scène le fruit de son exploration de l'appartement de Yona Friedman en proposant une déconstruction de cet espace et une réflexion sur les temporalités qui s'y trouvent rassemblées. L'appartement de Yona Friedman est perçu comme un espace abstrait et symbolique dans lequel les lois de la pesanteur et de la perspective ne semblent plus s'appliquer. De ce fait, le travail se déploie comme une archéologie de la représentation, à la recherche de la possible survivance d'une esthétique et d'une pensée primitive dans le monde d'aujourd'hui. L'appartement de Yona Friedman est une utopie réalisée, anticipant un futur qui n'implique par la destruction du passé mais vient se superposer à lui.
Ce principe de superposition est celui proposé par le livre, qui témoigne des échanges sur ce projet entre Yona Friedman et Camille Henrot, rassemblant photographies, dessins, fax reçus et envoyés.
Publié à l'occasion de l'exposition Le nouveau monde aux Collections de Saint-Cyprien et au musée des Beaux-arts de Bordeaux en 2007.
Yona Friedman (né en 1923 à Budapest, vit et travaille à Paris) développe depuis le milieu du XXe siècle le concept d'« architecture mobile », fondement d'une théorie universelle selon laquelle habitat et urbanisme doivent être pensés d'une part directement par leurs utilisateurs, et d'autre part en intégrant l'imprévisibilité du comportement futur de l'usager.
Considéré comme l'un des plus grands penseurs de l'architecture aujourd'hui, Yona Friedman ne conçoit l'utopie que comme réalisable. Ses projets visionnaires ne font pas seulement l'objet d'expositions dans les plus grandes institutions artistiques internationales, mais ils donnent aussi lieu à de nombreuses constructions réelles, mettant en œuvre des techniques simples et éprouvées, et ses propositions ont eu des retombées pratiques importantes sur l'urbanisme contemporain.

D'abord reconnu pour ses vidéos et films d'animation qui mêlent dessin, musique et images cinématographiques, parfois grattées ou retravaillées, le travail de Camille Henrot (née en 1978, vit et travaille à Paris) brouille les catégories traditionnellement hiérarchiques de l'histoire de l'art. Ses dernières œuvres, qui se déclinent sous forme de sculptures, dessins, photographies, et toujours films, traitent de la fascination exercée par l'ailleurs et par l'autre (géographique, mais aussi sexuel), fascination reprise dans les mythes populaires modernes dont s'inspire Camille Henrot. Les objets hybrides, impurs, de l'artiste jettent un doute sur l'écriture linéaire et cloisonnée de l'histoire occidentale, et soulignent sa part d'emprunts et ses zones d'ombres.
Camille Henrot a reçu le Lion d'argent à la 55e Biennale de Venise en 2013, le Nam June Paik Award 2014, le Edvard Munch Art Award 2015...

Voir aussi Yona Friedman ; Camille Henrot.