flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Territoires Intermittents
David Coste [tous les titres]
Jannink [tous les titres] Wide Open [tous les titres]
David Coste Territoires Intermittents
Textes de François Aubard, Arnaud Fourrier, entretien de David Coste avec Martine Michard.

Conception graphique : Grégoire Romanet.
paru en juin 2011
édition bilingue (français / anglais)
29 x 19 cm (broché)
120 (64 + 24 + 32) pages (ill. coul. et n&b)
18.00 €
ISBN : 978-2-916067-51-3
EAN : 9782916067513
en stock
 
Livre d'artiste / première monographie : un parcours dans l'univers ambigu et hybride de l'artiste, entre utopie, science-fiction et uchronie, sous la forme d'un récit visuel qui se déploie dans des pages de différents formats.
Première monographie sur le travail de David Coste, Territoires Intermittents naît de la rencontre entre l'artiste et le graphiste Grégoire Romanet. À deux, ils explorent la frontière de l'édition avec l'art contemporain et la mise en forme d'un récit visuel à l'image du travail artistique capable de se déployer dans la page. L'édition propose ainsi un parcours dans l'univers de l'artiste, entre cinéma, notions de temporalité et work in progress.
Le projet graphique de l'ouvrage imagine une édition à tiroirs, tel un bureau rangé en trois entrées, visibles dès l'ouverture de l'objet. La cartographie du monde d'images et de textes inédits se matérialise par des formats de page différents, des longueurs de papier variées. À la lecture, des rapports d'échelle entre fiction et réalité se créent, et la narration se nourrit ainsi des superpositions de sens et de formes.
Articulant la pratique de la vidéo, du dessin, de la photographie et des dispositifs sonores, David Coste créé des mondes désincarnés, à l'atmosphère rendue irréelle par une structure recolorisée et aux perspectives inquiétantes, où la nature côtoie l'artifice et l'habitat la vacuité, où l'image, délibérément manipulatrice, devient un document plus certain que la réalité même. L'artiste décrit lui-même sa recherche esthétique comme une « taxidermie du paysage », interrogeant les relations entre nature fictionnelle idéalisée, grands ensembles architecturaux et utopies.