flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Touch Me
Juergen Teller [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Art contemporain [tous les titres] – collection Monographies [tous les titres]
Juergen Teller Touch Me
Texte d'Eric Troncy.
paru en mai 2011
édition bilingue (anglais / coréen)
22,5 x 31 cm (relié, dos semi-rond)
138 pages (ill. coul.)
ISBN : 978-2-84066-460-4
EAN : 9782840664604
épuisé
 
Catalogue d'une (double) exposition singulière qui, plutôt que d'être centrée sur les images les plus célèbres réalisées par Juergen Teller pour la mode et l'industrie du luxe, souligne la dimension esthétique particulière de son travail photographique en général.
Juxtaposant les vues d'exposition et les images originales de Teller, l'ouvrage propose une réflexion sur le statut de la photographie contemporaine, sur les dispositifs permettant d'exposer la photographie aujourd'hui, en même temps que sur le support du livre (en l'occurrence, un livre d'artiste plus qu'un catalogue, les prises de vues étant réalisées par Teller lui-même) comme médium capable de rendre compte de l'exposition...
Publié à l'occasion de la double exposition éponyme au Consortium, Dijon, de janvier à mars 2010, et au Daelim Contemporary Art Museum, Séoul, d'avril à juin 2011.
Né en 1964 à Erlangen (Allemagne), Juergen Teller vit et travaille à Londres. Apprenti archetier pendant une courte période, il se tourne vers la photographie au milieu des années 1980 et étudie à la Bayerische Staatslehranstalt fur Photographie de Munich, avant d'emménager à Londres en 1986.
Au-delà de la renommée internationale que lui ont value ses travaux pour l'industrie du luxe (pour Marc Jacobs ou Yves Saint-Laurent notamment) – Teller est aujourd'hui l'un des photographes les plus convoités par la mode et la publicité –, son œuvre, marquée par une approche abrupte et crue de la photographie (flashs aigres, yeux rouges, refus de la retouche et des cadrages calculés), qui fait la part belle à la sexualité et à la nudité, mais convoque aussi des éléments de l'histoire personnelle de l'artiste dans des situations surréalistes, frappe par sa capacité à exprimer son époque en inventant le langage plastique qui lui correspond le mieux, comme avant lui David Hamilton dans les années 1970, ou Nan Goldin dans les années 1980.