flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
The Line
Saul Steinberg [tous les titres]
Nieves [tous les titres]
Saul Steinberg The Line
paru en février 2011
sans texte
585 x 25,5 cm (déplié)
30 pages pliées en leporello (ill. n&b)
ISBN : 978-3-905714-80-7
EAN : 9783905714807
épuisé
 
Leporello : la reproduction, sur un dépliant de plus de cinq mètres de long, du dessin-manifeste de l'artiste illustrateur américain réalisé pour une grande installation en 1954 (une suite de tableaux traversés par une simple ligne horizontale qui structure chacun d'eux).
L'œuvre originale The Line, un dessin de 10 mètres de long déployé sur 29 panneaux en accordéon, constitue le manifeste de Steinberg pour les potentialités conceptuelles de la ligne et du geste de l'artiste qui lui donne vie. Il s'agit d'un dessin conçu pour le « Labyrinthe des enfants », une structure présentée à la dixième triennale de Milan, une foire d'art et d'architecture qui s'est tenue en août 1954. Le dessin, qui était photographié, agrandi et apposé au mur, faisait partie de quatre projets réalisés par Steinberg pour le labyrinthe.
Le dessin est composé d'une suite de tableaux traversés par une simple ligne horizontale. Cette ligne structure chaque tableau en se métamorphosant en différents éléments : une ligne d'eau, une corde à linge, une voie ferrée, un trottoir, une ligne de division arithmétique, un bord de table, etc. La main de l'artiste dessinant la ligne inaugure et conclut la séquence.
L'ouvrage The Line reproduit le dessin sur un dépliant de plus de cinq mètres.
Ouvrage primé dans le cadre du concours des plus beaux livres suisses 2011.

The Line est à nouveau disponible en 2014, réédité au sein d'un coffret regroupant trois autres leporellos : 4 Leporellos – The Line / Types of Architecture / Shores of the Mediterranean / Cities of Italy.
Saul Steinberg (1914-1999) est un artiste américain d'origine roumaine, dessinateur de presse et illustrateur, célèbre notamment pour les illustrations qu'il a réalisées pendant 60 ans pour The New Yorker. Se définissant lui-même comme un « écrivain qui dessine », il est considéré comme un précurseur du postmodernisme, et par certains théoriciens de l'architecture comme l'un des critiques les plus importants de ce domaine, sans parole. Son style, caractérisé par la simplicité, l'élégance et la richesse sémiotique de la ligne encrée, a exercé une influence majeure sur de nombreux jeunes artistes et dessinateurs.