flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
L’objet de la photographie
Philippe Gronon [tous les titres]
MAMCO [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Philippe Gronon L’objet de la photographie
paru en août 2010
édition bilingue (français / anglais)
22,5 x 27 cm (broché)
208 pages (130 ill. coul. et n&b)
32.00 €
ISBN : 978-2-940159-42-0
EAN : 9782940159420
en stock
(derniers exemplaires
disponibles !)
 
Une vue d'ensemble d'un travail pictural au plus près des choses en même temps qu'une réflexion sur la photographie elle-même : les séries de photographies d'objets réalisées depuis 1989 (amplis, coffres-forts, tableaux de cotation, écritoires, pierres lithographiques, tableaux électriques, versos de tableaux...), avec deux essais.
Cet ouvrage amplement illustré montre dans son ensemble ce qui est une véritable entreprise de saisie – de capture – des objets. Deux essais situent l'importance de cet œuvre dans la création actuelle : Eric de Chassey propose un éclairage historique sur ses développements les plus récents tandis que Catherine Perret en relève toute la portée et la profondeur théoriques.
Depuis le tout début des années 1990, Philippe Gronon (né en 1964 à Rochefort sur Mer, vit et travaille à Malakoff) développe un travail photographique dont le point de départ est la définition la plus simple – et historique – de la photographie elle-même, à savoir qu'elle est une technique de fabrication d'images qui enregistre la réalité telle qu'elle est.
Chez Gronon, ce constat se traduit par un protocole de production bien réglé : la quasi-totalité des objets photographiés (amplis, coffres-forts, tableaux de cotation, écritoires, pierres lithographiques, tableaux électriques, versos de peintures…) le sont à l'échelle 1 si bien que le spectateur a devant lui le motif choisi dans sa vérité la plus frontale et criante. La façon dont l'artiste le restitue la plupart du temps est elle aussi exemplaire de la dimension réaliste de cet enregistrement des aspects du monde : l'objet photographié est bien souvent découpé c'est-à-dire détouré se donnant ainsi à voir tel quel, de face et sans encadrement. L'image est alors l'exact portrait du sujet mais aplati, sans profondeur.
Loin de la mise en scène du corps explorée par la photographie plasticienne dans la période récente, loin aussi de toute idée de reportage liée à un style documentaire, la photo est ici un relevé aussi chirurgical et direct que possible des choses, de leur picturalité, ce qui fait toute la singularité de cet art et des images qui le définissent, lesquelles sont bien souvent d'authentiques tableaux.
Travail à la logique implacable et impeccable, travail retenu, l'art de Philippe Gronon montre somptueusement qu'il ne peut y avoir de réalité telle quelle, de réalité absolue, et que c'est en travaillant au plus près de la distance (infime et intime) entre ce qui est visible et ce qui est photographié, entre l'objet dans la réalité et l'objet de la photographie, que l'artiste invente un coefficient d'art.