flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Saâdane Afif – Saturne et les remakes
Michel Gauthier [tous les titres]
M19 [tous les titres] Collection 20/27 [tous les titres]
Michel Gauthier Saâdane Afif Saturne et les remakes
paru en mars 2010
édition française
12,5 x 19 cm (broché)
124 pages (14 ill. n&b)
12.00 €
ISBN : 978-2-9157-5414-8
EAN : 9782915754148
en stock
 
Une introduction à l'œuvre d'un artiste parmi les plus inventifs de la jeune scène française, par le biais d'une analyse précise de la relation dialectique entre deux dimensions a priori contradictoires qui caractérisent son travail : la méthode – le procédé de la reprise (le remake) et la légèreté de l'univers musical auquel les expositions de Saâdane Afif empruntent leurs dispositifs –, et l'« humeur », la profonde mélancolie, le rapport à la mort et au temps qui participent, paradoxalement, à une production artistique vivante.
En 2004, Saâdane Afif (né en 1970), alors que son art a moins d'une dizaine d'années d'existence, prend une étonnante décision : ses œuvres – sculptures, peintures, installations – seront également des chansons, dont il passe commande à des paroliers et compositeurs. Les paroles de chanson se substituent ainsi, sur les murs des galeries et des musées, aux énoncés de l'art conceptuel. Ces œuvres qui engendrent des pop songs, donnant lieu à la fête collective qu'est le concert, sont, véritables Vanités contemporaines, empreintes d'une profonde mélancolie. Saâdane Afif nous apparaît de la sorte sous un double visage : l'enfant de Saturne – têtes de mort, tic tac des horloges – et l'artiste qui multiplie les versions de ses œuvres – poèmes, chansons, mais aussi remakes. Quel rapport y a-t-il entre ces deux dimensions ? Dans une société du spectacle et de la communication qui voue l'art à cette mort qu'est la réification, les chansons et remakes de Saâdane Afif, en évitant que l'œuvre ne se laisse enfermer dans un seul objet, une seule forme, sous un seul concept, entendent peut-être se donner la chance de rester en vie. Contre la mélancolie, l'artiste joue le jeu infini de la traduction, de la transcription, des interprétations plurielles. Contre Saturne, l'artiste imagine une Babel heureuse.
Critique d'art, conservateur au service des collections du Musée national d'art moderne, directeur de la collection L'espace littéraire aux Presses du réel et conseiller éditorial pour la revue 20/27, Michel Gauthier (né en 1958) collabore régulièrement aux Cahiers du Musée national d'art moderne où il a notamment publié des études sur Brancusi, Morris Louis, Richard Serra, Didier Vermeiren ou Andreas Gursky. Il a également fait paraître des articles consacrés à la littérature (Henry James, Francis Ponge ou Maurice Blanchot).