flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Carlos Kusnir [tous les titres]
Analogues [tous les titres] Monographies [tous les titres]
Carlos Kusnir <!---->
Edité par Carlos Kusnir.
Texte de Frédéric Valabrègue.
paru en 2009
édition bilingue (français / anglais)
19,5 x 26,5 (broché)
208 pages (109 ill. coul. et 12 n&b), 6 dépliants
32.00 €
ISBN : 978-2-35864-005-3
EAN : 9782358640053
en stock
 
Cet ouvrage conçu avec l'artiste présente le travail de Carlos Kusnir à travers une lecture déconstruite de sa peinture, mettant à l'épreuve l'œuvre elle-même dans ses origines et dans ses formes. Il dévoile une extrême rigueur, une unité et une liberté dans le temps qu'accompagnent le texte de Frédéric Valabrègue, écrivain invité à prendre part dans cette publication.
Richement illustré, le livre présente un panorama des pratiques de Carlos Kusnir – tableaux, peintures murales, installations, travaux photographiques – et rend compte des dispositifs d'exposition avec un ensemble de pages dépliantes.
Publié à l'occasion de l'exposition de Carlos Kusnir au Musée de Sérignan, de juillet à octobre 2009.
En synthétisant tous les enjeux formels de la peinture pour mieux les évacuer, l'œuvre de Carlos Kusnir (né en en 1947 à Buenos Aires, vit et travaille entre Paris et Marseille depuis les années 1980) échappe à la dichotomie entre figuration et abstraction, entre réalité et représentation. Mélange de fantaisie et de rigueur artistique, d'apparente maladresse et de virtuosité technique, de recul et d'infiltration de la vie quotidienne, toujours entre brutalité et délicatesse, sa peinture sort souvent du cadre conventionnel du tableau. Carlos Kusnir conçoit son œuvre comme une extension de son environnement et comme un réceptacle pour des souvenirs de ses déplacement. Il y intègre divers objets – tasseaux ou autres supports impromptus, chutes de bois, chaises, balais, rideaux, nappes ou papiers peints d'Argentine, d'Ukraine ou de République Tchèque –, accompagne ses tableaux d'éléments sonores (mots, radio...) et les « installe » à même le sol ou maintenus aux murs de façon précaire à l'aide d'équerres de bois. Un dialogue s'instaure ainsi entre les tableaux au moment même où ceux-ci, en équilibre incertain, franchissent le décor, s'extirpent du musée en laissant apparaître la fragilité de la structure.