flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Paul Chenavard – Monuments de l’échec (1807-1895)
Thomas Schlesser [tous les titres]
Les presses du réel – domaine Histoire de l'art [tous les titres] – collection Œuvres en sociétés [tous les titres]
Thomas Schlesser Paul Chenavard Monuments de l’échec (1807-1895)
Publié avec le Centre d'histoire de Sciences Po.
paru en 2009
édition française
17 x 20 cm (broché)
304 pages (60 ill. n&b)
22.00 €
ISBN : 978-2-84066-294-5
EAN : 9782840662945
en stock
 
Un essai sur le destin manqué de Paul Chenavard (1807-1895), peintre-prophète romantique maudit, illustrant l'écart entre les prétentions historiques qui construisent le mythe moderne de l'artiste et une efficacité relative.
Visionnaire, célèbre et célébré, talentueux et redoutablement savant, le peintre d'origine lyonnaise Paul Chenavard fut tout au long du XIXe siècle – dont il rallia quasiment les deux extrémités (1807-1895) – un personnage central de la vie artistique. Il n'en demeure aujourd'hui rien, ou presque. Son obsession d'un dispositif esthétique absolu, susceptible de dévoiler les ressorts de l'histoire et de l'infléchir, écrasa sa vie. Incapable d'achever son gigantesque projet de Palingénésie universelle que lui inspirèrent Hegel et les peintres mystiques allemands, ratant l'occasion de l'installer au cœur du Panthéon, il finit par promener, au fil des coteries et des portraits qui lui rendaient hommage, sa tenace mélancolie.
La carrière de Paul Chenavard fait partie des grands exemples de l'auto-investiture sociale de la création, ambitionnant, à compter du romantisme, de rénover le monde. La vocation du peintre-prophète est surtout l'illustration édifiante de l'écart entre les prétentions historiques qui construisent le mythe moderne de l'artiste et une efficacité pour le moins relative. C'est cet écart que mesure le présent essai, à la recherche d'un être dont le trajet, faute d'être digne des grands maudits, confina à l'errance des destins manqués.

« Les presses du réel prennent à contre-pied l'histoire de l'art positive avec la passionnante (et bien écrite) étude de Thomas Schlesser sur Paul Chenavard. »
Christophe Domino, Le journal des Arts n° 320
Historien de l'art, directeur de la Fondation Hartung-Bergman, journaliste, enseignant et commissaire d'exposition, Thomas Schlesser a signé de nombreux travaux sur les rapports entre les champs esthétique (arts visuels, littérature, cultures de masse…) et politique. Il a publié plusieurs ouvrages sur Gustave Courbet, dont sa thèse : Réceptions de Courbet – Fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie (1848-1871) (Les presses du réel, 2007).
Thomas Schlesser est l'auteur de la préface de l'ouvrage de référence Une image du peuple - Gustave Courbet et la révolution de 1848 de T. J. Clark, réédité aux Presses du réel en 2007, ainsi que d'un essai sur Sophie Ristelhueber (Les presses du réel, 2009).