flux RSS (nouvelles parutions)
 



English version
The Drawer – Crash n° 11
The Drawer [tous les numéros]
commander
imprimer envoyer un lien
retour au descriptif
 
extrait
 
Rapports de forces
Barbara Soyer & Sophie Toulouse
(p. 5)


« Crash is a nice sound », nous écrivait Nathalie Du Pasquier quand on l'invitait à participer à ce 11e volume de The Drawer. « Boum Bang Bang Uh », répondait Anne-Lise Coste par dessin interposé. Du son, bon ou moins bon, il en est ici beaucoup question. Qu'il s'agisse des autoradios compilés par Hans-Peter Feldmann ou des pots d'échappement évoqués par le musicien Pierre Emery, il y a du bruit dans ces pages. Des voix aussi. Celle d'Andreas Lubitz, le pilote de ligne suicidaire, que l'artiste Stephen Loye fait entendre. Celle d'Alan Vega, musicien et artiste disparu cet été et dont nous publions une sélection des derniers dessins réalisés, tragiquement funestes. Les fantômes hantent assurément les pages de ce numéro - Jackson Pollock, mort dans un accident de voiture, et Andy Warhol en tête. Car Crash en série.
Du bruit, de la fureur et un peu de technologie complètent l'ensemble. Très peu finalement pour le contexte et pour l'époque, si ce n'est les altérations de codage jpeg du designer Octave de Gaulle et les robots-dessinateurs de l'artiste et scientifique Patrick Tresset. Contre toute attente, la technologie est moins considérée comme sujet voire œuvre elle-même que comme simple outil ou moyen. Les bonnes vieilles « machines-outils » ont la vie dure - crayon, sérigraphie, tire-bouchon, cerveau et main…
Et le sexe alors ? Plutôt discret car déplacé, fétichisé. Sans parler de la parité, absente. Très peu de femmes se trouvent au sommaire de The Drawer vol. 11. L'omniprésence de la figure masculine (Ballard, Vaughan, Cronenberg…) dans le livre et le film qui donnent son nom au thème de ce numéro l'explique peut-être… Ce n'est pas le cahier central qui démontrera le contraire, en s'intéressant au parcours de collectionneur du célèbre historien de l'art et conservateur Jean-Hubert Martin, commissaire de la récente exposition… « Carambolages » au Grand Palais. Une collection bipartite élaborée avec l'artiste Claude Rutault depuis plus de trente ans, qui confronte, associe et distingue dans un même mouvement peintures et dessins du XIXe siècle à nos jours et ensemble d'œuvres conceptuelles. « Crash » ou la confrontation de forces et de corps multiples - la poudre de pigment de bleu de Prusse sur le papier (Berger&Berger), le poids de l'abstraction sur la figuration (Till Rabus), le télescopage des époques et des techniques entre elles (Carlotta Bailly-Borg)… « Crash » ou l'accident considéré comme moteur de la création et du dessin.
 
[haut de page]