flux RSS (nouvelles parutions)
 



English version
Du Yodel à la Physique Quantique... – Prestige n° 05
Palais de Tokyo [tous les titres] Catalogues [tous les titres]
commander
imprimer envoyer un lien
retour au descriptif
 
extrait
 
Le prestige
Marc-Olivier Wahler s'entretient avec Émile Soulier
(extrait, p. 5-7)


Émile Soulier — Comment le « prestige » s'est-il imposé comme idée centrale pour ce dernier opus de la série Du yodel à la physique quantique… ?

Marc-Olivier Wahler — Cette idée résulte du développement de mon programme au Palais de Tokyo. Sans que je le veuille nécessairement, ce développement possède quelque chose d'organique dans son processus de génération. Dans le cadre de mes premières expositions au Palais de Tokyo, j'ai remis en question la notion de point fixe dans le temps et dans l'espace. Mon idée principale était de montrer qu'on ne peut plus aujourd'hui regarder une œuvre d'art comme une fenêtre isolée de son contexte, un point fixe, et que, de facto, on ne peut également plus regarder une exposition comme un point fixe dans le temps et dans l'espace. D'une certaine manière, on peut dire que toute cette réflexion s'est développée à partir d'un questionnement du visible. Après CINQ MILLIARDS D'ANNÉES, sorte de prologue d'une histoire à venir, les expositions de Tatiana Trouvé, Michel Blazy, Daniel Dewar & Grégory Gicquel, Steven Parrino ainsi que celle sur les micronations ont permis de questionner le visible, autrement dit ce qui apparaît normalement à nos yeux, de manière ordinaire. Avec CELLAR DOOR, puis SUPERDOME, expositions flirtant avec la notion du super spectaculaire, on est allé aux limites du visible. Les limites du visible, l'excès du visible, c'est le photogénique, ce qui est spectaculaire. Que se passe-t-il lorsqu'on cherche à outrepasser le visible ?
À un moment donné, on sort du spectre du visible, on tombe d'un côté ou de l'autre du spectre électromagnétique. On s'intéresse alors à l'invisible, aux ondes auxquelles l'œil n'est pas sensible. Ces thèmes inspirèrent logiquement la suite de ma programmation. Il y a eu des expositions sur les ondes radio, l'électromagnétisme, l'électricité, etc. Ce fut GAKONA, puis SPY NUMBERS. Cette réflexion s'est poursuivie jusqu'à ce que se pose la question de savoir ce qui se produirait si on allait au-delà du spectre électromagnétique lui-même. La réponse, évidemment, est qu'on disparaît purement et simplement… Ce fut le sujet de l'exposition CHASING NAPOLEON. À ce moment, je me suis interrogé. J'ai parcouru rétrospectivement le développement de mon programme jusqu'à la disparition. Je me suis dit : qu'est-ce qu'on fait maintenant que tout a disparu ? Il se trouve que j'étais au même moment en train de lire un livre de Christopher Priest, intitulé Le Prestige, qui traite exactement de ces questions-là. Il explique qu'un tour de magie comporte invariablement trois étapes fondamentales. La première s'appelle the pledge, où le prestidigitateur présente l'objet de son tour, par exemple une cage avec un oiseau enfermé à l'intérieur. La deuxième étape s'appelle the turn – la transformation – lors de laquelle on met un drap sur la cage, on tape dessus, on bredouille un mot incompréhensible et puis on enlève le drap et il n'y a plus de cage, plus d'oiseau, plus rien… D'une certaine manière, the turn, c'est la disparition. Là où Christopher Priest m'a beaucoup aidé, c'est qu'il rappelle que l'étape la plus médiatique, la plus spectaculaire, quelque part, c'est la réapparition. Cette étape appelée the prestige consiste à faire ressurgir des objets disparus, par exemple l'oiseau sortant d'une poche de la veste du prestidigitateur. Je me suis dit : voilà, après qu'on a disparu, on réapparaît. L'idée intéressante de Christopher Priest – idée essentielle dans son livre –, c'est que la réapparition se fait ailleurs, autrement dit qu'elle s'accompagne d'un glissement, d'un saut dans l'espace. On disparaît à gauche de la scène et on réapparaît immédiatement à droite, ou bien au fond… Il y a une sorte de translation en un minimum de temps et dans un maximum d'espace. J'ai décidé de m'inspirer de ce principe. En définitive, j'ai construit, chapitre après chapitre, une histoire de présentation, de transformation, de disparition, pour en arriver à une réapparition. L'idée de « prestige » sous-tend le chapitre final de cette histoire. C'est un chapitre qui s'inscrit physiquement dans le lieu dans lequel il a été généré et qui, en même temps, implique un ailleurs. Le « prestige », finalement, c'est une manière de regarder, de voir comment un objet ordinaire devient quelque chose qu'on n'a jamais vu auparavant : non pas en changeant d'aspect, mais en recueillant de nouvelles significations, de nouvelles interprétations. C'est un peu aborder ce fameux mystère auquel l'art est constamment confronté : son ontologie, cette transfiguration d'un objet ordinaire en objet d'art.

(...)
 
[haut de page]