flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Patrick Beurard-Valdoye
 
Né en 1955 dans le Territoire de Belfort, au bord de la Savoureuse, Patrick Beurard-Valdoye vit le plus souvent à Paris. L'élaboration de ses livres l'amène toutefois à une forme de nomadisme. Lors d'un séjour en Irlande en 1974 il décide de se consacrer aux arts poétiques. Dans les années 1980, il dirige les Cahiers de Leçons de Choses, revue d'arts expérimentale (arts poétiques, arts plastiques, musique contemporaine) remarquée notamment par John Cage. À la suite d'un séjour à Berlin en 1982, il entreprend « Le cycle des exils », ensemble de livres « qui enchevêtrent les strates d'une Histoire de l'Europe, et plus particulièrement celle des rapports franco-allemands » (Emmanuel Laugier, Le Matricule des Anges).
Il a donné une centaine de récitals et performances dans une douzaine de pays. Deux CD audio Flux (Son@rt, 2002) et Schwitters du Nord à la mort (Hôtel Beury, centre d'art et de littérature de l'Échelle, 2007) reprennent quelques uns de ses récitals. Ses textes sont traduits et publiés dans une dizaine de langues. Le numéro 17 de la revue Il Particolare consacre un dossier à son travail (premier trimestre 2008). Son activité de poète, exercée à temps plein, s'est souvent prolongée dans l'organisation de manifestations artistiques (fondateur de l'Écrit-Parade qu'il dirigea jusqu'en fin 1999) ; la coordination de dossiers de revues (il a dirigé le premier dossier consacré à Ghérasim Luca pour la revue Java) ; l'enseignement artistique (l'École nationale des Beaux-Arts de Lyon, où il conduit un atelier d'arts poétiques) et dans des études sur les arts plastiques (notamment sur Joseph Beuys, sur le peintre Rupprecht Geiger ou sur François Dufrêne).
 

 
2007
Al Dante – Poésie & littérature
De la Norvège à l'Angleterre, une enquête sur l'exil du fondateur de Merz, Kurt Schwitters, à travers une Europe détruite par le nazisme. Le récit prend la forme d'une narration libre, empruntant à la poésie son autonomie et sa verticalité.