flux RSS (nouvelles parutions)
version française / english version
Nguyen Trinh Thi
 
Nguyen Trinh Thi est née en 1973 à Hanoï, où elle vit et travaille aujourd'hui. Elle a étudié le journalisme et la photographie à l'université d'Iowa ainsi que les relations internationales et le cinéma ethnographique à l'université de Californie à San Diego. Elle fonde en 2009 le Hanoï DocLab, centre dédié au film documentaire et à l'art vidéo à Hanoï, dont elle dirige les activités. En 2015-2016, elle est artiste en résidence au DAAD de Berlin.
Elle a récemment exposé dans les lieux suivants : Biennale de Lyon, France (2015) ; Biennale d'art asiatique, Taipei, Taïwan (2015) ; « Finalist Exhibition », APBF Signature Art Prize, musée des Beaux-Arts de Singapour (2014) ; Ve Triennale de Fukuoka, musée des Arts asiatiques de Fukuoka, Japon (2014) ; « If The World Changed », IVe Biennale de Singapour (2013) ; XVe Biennale de Jakarta, Indonésie (2013) ; « Collecting Counter-Memories », San Art, Hồ Chí Minh-Ville, Vietnam (2013) ; « Move on Asia : Art vidéo en Asie 2002-2012 », ZKM Karlsruhe, Allemagne (2013) ; « Women in Between: Asian Women Artists 1984-2012 », musée des Arts asiatiques de Fukuoka, musée des Beaux-Arts de la préfecture d'Okinawa, Japon (2012) ; DMZ International Documentary Film Festival, Corée du Sud (2011).
 

 
2015
édition bilingue (français / anglais)
Jeu de Paume – Monographies
Lettres de Panduranga évoque le sort de l'ethnie vietnamienne des Cham, dont le territoire est menacé par la construction de deux centrales nucléaires. Dans un rôle d'ethnologue, la cinéaste et plasticienne Nguyen Trinh Thi explore les enjeux liés la transmission de la parole et de l'histoire ainsi que les formes nouvelles du colonialisme (dans le cadre du programme « Satellite » organisé par le Jeu de Paume et le CAPC).