english version / version française
A la limite de la langue
JRP|Editions [see all titles] Hapax [see all titles]
order
print send a link
back to description table of contents
 
excerpt
 
Janine Perret Sgualdo – Introduction (extrait)

Intellectuels et artistes se sont depuis toujours interrogés sur le sens de l’existence, interrogations qui se sont traduites au cours de l’histoire par de nombreux textes philosophiques et la production abondante d’œuvres d’art. Rares ont pourtant été les penseurs qui ont su exprimer leurs réflexions ou critiques au moyen de plusieurs médias. Friedrich Dürrenmatt est l’un de ceux-là : écrivain et peintre.

Si le Centre Dürrenmatt à Neuchâtel a pour mission de mettre en valeur la pensée et l’œuvre picturale de l’auteur, la peinture y tient une place privilégiée dans un accrochage «permanent». Une situation à relativiser puisque des expositions temporaires viennent régulièrement enrichir notre institution.

A la limite de la langue, révèle la passion d’un collectionneur, l’avocat Peter Nobel qui, en choisissant non pas uniquement des noms prestigieux mais aussi de très jeunes artistes, concentre ses choix sur des œuvres qui établissent un rapport entre le texte et l’image reproduite dans la presse. Une obsession qui, outre son intérêt artistique, révèle des aspects d’une société, la nôtre, qui produit et diffuse sans interruption des images dont la vérité et le sens sont mis en question. Ce questionnement conduit naturellement au doute et ouvre des champs d’investigation que les artistes explorent, traduisent avec les moyens qui leur appartiennent.

A la limite de la langue rassemble des artistes qui s’approprient des images médiatiques, les détournent, les falsifient ou les subliment pour leur donner un nouveau statut. Ils nous donnent à percevoir une œuvre d’art, une nouvelle réalité qui pose à double titre la question du sens. Un regard qui s’abîme dans des images tant diffusées qu’elles se transforment en icônes contemporaines même si elles illustrent parfois les pires atrocités qu’un être humain est capable de commettre. [...]

L’exposition «A la limite de la langue» propose, au-delà des considérations philosophiques liées à la médiatisation de l’image, des œuvres dont les qualités esthétiques et artistiques s’imposent dans une histoire de l’art qui se conjugue au présent.
 
[top]